mardi 12 septembre 2017

Oui j'ai des enfants mais ils ne sont pas indispensables à mon bonheur

Il y a quelque chose qui me sidère toujours quand je suis quelque part sans mes enfants en train de m'amuser, boire un verre, me détendre. Il y a toujours quelqu'un qui me demande si : ça va? C'est pas trop dur de laisser les enfants?
Au début je me suis demandé si j'avais l'air triste! Parce que voilà à l'époque ou le phénomène à commencé j'avais un seul enfant. Mon fils. Je me suis donc demandé si j'étais à l'insu de mon plein gré triste quelque part d'être sans lui. J'ai eu beau y réfléchir et me questionner: mon fils ne me manquait pas. J'avais beau l'aimer de toutes mes tripes, quand je fermais la porte et le laissais à son papa pour quelques heures, j'en profitais à fond sans tristesse aucune.
Plus tard j'ai eu deux autres enfants et je n'ai de même jamais eu de mal à sortir ou voyager sans eux.

C'est étrange parce que vous voyez les gens qui vous posent la question, s'attendent souvent à ce que vous répondiez: Oh oui j'ai hâte de rentrer les retrouver à la maison! Quand ils vous demandent si vos enfants vous manquent. De deux choses l'une je me demande si ils n'ont qu'une envie, me renvoyer chez moi parce que une mère de famille nombreuse ça n'a rien a faire dehors à faire la fête ou alors c'est qu'ils pensent sérieusement que les mères ne savent pas se passer de leurs enfants...

Sérieusement les gens?

Une mère ça devrait donc être et vivre collé à ses enfants H24 enfin sauf pour aller travailler (je dis bien aller travailler parce que si vous avez le malheur de bosser de chez vous, en plus de vous demander si vos enfants vous manquent quand ils vous croisent, ils ajouteront qu'ils sont fatigués parce qu'ils travaillent, sous entendu vous pas, qui avez en plus le culot de sortir sans vos mômes).
Une mère ça devrait être incapable de se séparer de ses enfants sous prétexte de quoi? L'amour? L'inquiétude? Son devoir de mère? Je ne sais pas trop en fait...

Que répondre aux personnes qui me posent cette question?
J'ai souvent ironisé en leur rappelant que c'était mon mari qui m'avait mise dehors parce qu'il souhaitait passer du temps avec ses enfants. Ce qui n'est pas faux. J'ai une fâcheuse tendance à la régence. Parfois j'ai aussi rappelé que le cordon avait été coupé lors de l'accouchement au cas ou ils auraient encore quelques doutes. Aujourd'hui je me contente de leur dire avec je l'avoue un plaisir un peu méchant que non ils ne me manquent pas du tout et qu'ils ne manquent à personne une fois qu'on les connaît... Tant qu'à avoir l'image d'une mère corbeau autant y aller à fond. Non?

Pourtant au fond de moi j'aimerais vraiment discuter avec ces gens. J'aimerais savoir, comprendre le pourquoi de leur interrogation. J'aimerais leur faire comprendre que malgré mes enfants, je demeure encore un être humain et pas une sorte d'être hybride, mutation farfelue qui aurait fusionné avec sa progéniture. J'ai des envies, des désirs, des passions qui ne tournent pas forcément autour de la maternité ou de mes gamins! A force de lire à droite à gauche des articles ou voir toutes ces couvertures de livres rédigés par ou à direction des mères les gens se sont mis en tête qu'une mère ne peut avoir à l'esprit que des préoccupations de mère de famille. C'est affligeant d'imbécilité!
Sous prétexte que j'ai un jour donné la vie, allaité ou changé des couches je ne devrais plus me soucier que de ce genre de choses? 
Et bien non. Je refuse. 

Je sais être heureuse sans mes enfants. Je sais m'amuser sans eux et je peux facilement les oublier le temps d'une soirée ou d'un weekend. Je suis présente pour eux. je fais ce qui doit être fait. Je les aime. Mais je m'aime aussi. Je sais et j'ai très conscience que mes enfants ne sont pas moi. Que je suis leur mère pas Dieu. Qu'un jour ils seront adultes et feront leur vie. Je n'ai pas à leur sacrifier la mienne. 

10 commentaires:

  1. Exactement ! Mon grand l'autre jour quand on est parti avec mon mari à st Malo nous a dit "vous nous abandonnez" en essayant de nous faire culpabiliser en plus lol , je lui ai dit "on part pour mieux vous retrouver" et en effet il était bien content de retrouver ses parents heureux, ressourcer et plein d'énergie pour repartir dans le tourbillon de la vie ��

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ma belle <3 tu as tout résumé. Gros bisous

      Supprimer
  2. Bonjour, beaucoup ne comprendront pas cet article personnellement je me vois dans ces lignes. On n'abandonne pas nos enfants, cela leur fait du bien et nous également. Je suis h24 avec eux / 7 jours / 7, donc de temps en temps comme cet été, ça a fait du bien à tous d'être séparé quelques semaines. Bon à la 6e semaine, je suis d'accord, je n'en pouvais plus, les aléas ont fait que l'on n'a pas pu les récupérer auparavant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Jessika :) effectivement beaucoup n'ont pas compris mais c'est normal.
      Je pense qu'en France trop de mères se mettent une pression monstrueuse qui n'a pas lieu d'être. Etre heureux sans ses enfants c'est aussi leur montrer qu'on est un adulte bien dans sa peau. Nos enfants n'ont pas à être ce qui nous rend heureux. Ils y contribuent.

      Supprimer
  3. Pour rebondir sur ta conclusion, j'ai presqu'envie de te dire : et heureusement pour toi que tu sais être heureuse sans eux !!!

    La société a du mal à accepter qu'une femme puisse être autre chose qu'une mère ... En 2017, on en est toujours là et c'est bien triste. Personnellement, mes enfants me manquent quand ça fait 2 semaines minimum que je ne les ai pas vus. Avant, non, ils ne me manquent pas car je sais qu'ils sont bien et heureux avec les personnes qui s'occupent d'eux et c'est l'essentiel.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci <3 Tu as raisn c'est essentiellement un problème sociétal. Ces reproches ne sont jamais faits aux pères...

      Supprimer
  4. Ton texte illustre en tout point ce que je pense et ressens. Et je dirais même plus je peux profiter et apprécier une semaine sans eux, sans me sentir mal et en manque.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout a fait! Tu m'as donné envie de partir une semaine! Je ne me suis pour l'instant octroyé que maximum 3 jours!!! ;)

      Supprimer
  5. Ton article est très juste mais je ne me reconnais pas totalement dans ce que tu dis car justement au début je ne savais pas profiter. C'est peut-être une question d'âge aussi... Pour ma part mon petit chat a presque 2 ans et j'ai toujours un petit pincement si je sors un soir quand je ferme la porte. Mais je profite de ma soirée sans problème et je me sens très bien ! Par contre je ne suis pas déconnectée, je me sens d'autant mieux si je reçois une petite photo et que je sais que tout va bien côté maison...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Lucile.
      Mais c'est tellement normal dans ton cas de ne pas te reconnaître. J'ai trois enfants. Tu en as un. Mon aîné à 7 ans, ma seconde 4 ans et la dernière aura 3 ans. J'ai eu le temps d'apprendre à me détacher et surtout leur laisser de l'espace. Mes aînés vont à l'école depuis longtemps.
      Il ne s'agit pas d'un article pour dire aux mères de se détacher de leurs enfants. C'est plutôt une façon de dire à celle qui se sentent bien sans leurs enfants de ne pas culpabiliser.
      Bisous

      Supprimer

Une bouteille à la mare?

Ma visite de l'usine Smoby Toys #blogtrip #jouetfrançais

Connaissez vous les jouets Smoby?  Je pense que nous les connaissons tous un peu. En tant qu'anciens enfants. Comme parents ou g...