mardi 6 septembre 2016

Avoir des papillons dans le cœur et des frissons partout ailleurs

Quand j'étais plus jeune, je pensais que je savais tout des sensations fortes. Je savais très bien ce que ça faisait le premier sourire d'un beau garçon. Je savais pousser des cris et lever les bras au sommet des grands huit. J'étais de celles qui couraient pour sauter du haut des falaises sans se boucher le nez et les yeux grands ouverts. Je me savais forte. Je me savais solide. 

Il y a des glissements dans la vie. Des moments ou tout bascule. Un jour on est quelqu'un et puis un jour on ne l'est plus ou alors juste un peu encore mais pas tout à fait. Ces moments ou on glisse un peu comme Alice dans le terrier du lapin blanc. Ces moments qui nous changent irrémédiablement. 
Moi ce ne sont pas des moments qui m'ont changé. J'étais encore la même après avoir rencontré mon mari. La même après mes accouchements. Ces moments forts du mariage, des premières fois et même des naissances de mes enfants ne m'avaient pas affectée ou alors très peu, trop peu pour que cela soit notable. Ce qui m'a changé c'est le quotidien. La routine de la vie. Ces bonheurs répétitifs  qui jalonnent mes journées et mes nuits. 


Les fous rire dans la baignoire à l'heure du bain. Les courses poursuites après des petits asticots nus qui refusent de mettre leur pyjama. Les petits doigts qui apprennent à couper les champignons. La petite main qui se pose sur ma joue pour réclamer un bisous. Les larmes à étancher d'un baiser et les câlins, tous ces câlins....

Puis un jour on se réveille et on a le cœur tout joyeux avant même d'être sorti du lit. On a des frissons juste en guettant la porte de l'école. On panique en n’apercevant plus un petit être. On se surprend à pleurer pour un repas non englouti et une crise de colère pour un bonbon refusé. On se découvre si fragile face à ces bonheurs et ces incertitudes du lendemain. On réalise qu'on n'est plus maître de son avenir et qu'on est prisonnier d'une prison d'amour.

8 commentaires:

Une bouteille à la mare?

Thor Ragnarok VS Justice League , la critique

Vous qui n'aimez pas l'univers des supers héros et qui êtes complètement hermétiques aux tridents, marteaux et autres voyages inter...