mardi 16 août 2016

Un jour je serai une mère parfaite...ou pas

Cela fait déjà 6 ans que je suis une maman et bientôt deux que j'ai rejoins le très select club privé des mères de famille nombreuse. Trois enfants. Quand j'y pense nous sommes des fous. Trois enfants. C'est énorme. Parfois quand mon mari me dit qu'il est fatigué je lui dis que nous avons trop d'enfants c'est normal. Toutes les journées sont épuisantes. Toutes les sorties relèvent du parcours du combattant. Les enfants sont vivants et n'ont rien de plantes vertes. Il faut les assumer et en même temps être patient avec eux. Il faut aussi composer avec notre fatigue, notre stress, nos soucis personnels. Tout ça se mélange et forme un cocktail terrible qui si on n'y prend garde peut vous pourrir votre vie, votre vie de couple et surtout votre personnalité. Avoir un, deux ou trois voir plus d'enfants c'est tout sauf facile.

Cela étant dit je crois au bout de six ans que le plus difficile dans la vie de parent ce sont les autres. En ayant des enfants on s'expose à ce que sa vie soit comme placée sous le feu des projecteurs. On perd son petit anonymat tranquille. Tout commence dès la grossesse où votre vie est placée sous microscope. Prises de sang quotidiennes, vérification du col! Votre vagin est presque aussi visité que celui d'une star du porno. Vous pouvez vous asseoir sur votre pudeur et à la question : Vous allez bien à la selle? Il ne faut pas ricaner en disant: je suis une rebelle je monte sans selle... (véridique).
Après c'est la longue descente aux enfers qui commence. Votre enfant est né et vous ne pouvez plus mettre le nez dehors sans vous heurter au regard des autres. Les petites mamies? Un grand classique. C'était toujours mieux dans leur temps et puis les jeunes d'aujourd'hui sont des fous. Tout le monde voudra savoir si vous nourrissez votre enfant. Vos seins aussi tombent dans le domaine public. On discutera tous vos choix de vestimentaire à alimentaire. Tous ces gens incapable de voir qu'un gouvernement les entube semble très clairvoyants quand il s'agit de savoir dès le premier pleur si votre enfant à faim, soif, chaud ou si il n'a pas assez dormi. 
Vous apprendrez que les autres parents savent toujours mieux que vous. Le fils aîné de votre voisine est devenu dealer de crack? C'est pas grave elle sait quand même mieux que vous comment éduquer un enfant. Votre voisine de banc au parc est dans une secte. Elle laisse sa communauté décider de ce qui est meilleur pour elle et sa famille? Mais pas grave elle n'hésitera pas à vous dénigrer sur les réseaux sociaux parce que vous donnez des bonbons à votre enfant. Bah oui les caries c'est pire qu'une lobotomisation. Votre beau frère se fait envoyer bouler par ses enfants. Personne ne le respecte chez lui. Mais vous ne devez pas oublier que comme il est plus âgé il à le droit de vous faire la leçon sur votre train de vie et l'éducation de vos enfants. Ils savent mieux que vous.




Après les choses se corsent avec l'entrée dans la vie publique des parents. L'école pour ceux qui ont eu la chance ou la présence d'esprit d'éviter le parc et les bacs à sable.
Vous devez savoir que les autres parents peuvent être monstrueux. Avec l'entrée à l'école vous comprendrez ce qu'il y a de pire. Quand on a des enfants on est obligé de retourner à l'école quittée avec joie il y a plusieurs années. Avoir des enfants c'est s'exposer de nouveau aux jugements des profs. Les enseignants de vos enfants ne vous laisseront rien passer. Une absence un mercredi? Mauvais parent qui préfère glander et ne pense pas à cet enseignant qui lui est présent au poste et qui se donne corps et âme pour l'avenir de vos enfants. Préparez vous à vous en prendre plein la face jeudi matin. Vous revoilà à courir tous les jours pour que les enfants soient à l'heure sinon c'est la sanction de la porte fermée ou pire: les regards en coin de la brigade des mères parfaites qui elles sont là trente minutes avant que ces foutues portes ne s'ouvrent!!! Préparez vous au pensum de l'étiquetage des fournitures scolaires et des vêtements, aux réunions à rallonge, à la préparation des kermesses et autres fêtes de l'école car oui oui vous rejoindrez l'association de l'école et même que vous y prendrez goût car oui devenir parent c'est développer un syndrome de Stockholm bien particulier. C'est chiant, on s'en bouffe des merdes et des humiliations, mais on aime ça. On aime nos enfants. 
Alors on apprend à oublier le regard des autres. On apprend à entendre par une oreille pour laisser sortir de l'autre. On apprend à ne plus être des éponges mais des plumes sur lesquelles l'eau glisse. Quand on y arrive on vit clairement mieux. On ne se met plus de pression car on vit le moment présent tout simplement sans plus craindre les réactions des autres car on ne les voit plus. 
Je suis de ces parents qui vivent leur maternité seule. J'évite de sortir avec mes enfants et des amis parce que je refuse de supporter le stress des autres. Je préfère gérer ma tribu en solitaire mais sans endosser le manteau de peur, des autres. Moi je n'ai pas peur car j'ai confiance en moi et en mes enfants. Je sais qu'il y a des mauvais moments mais qu'il y a toujours des bons moments. Ce sont ces moments là qui me font me lever le matin et qui me tiennent debout quand je n'en peux plus. Le regard et l'approbation des autres je vous le dit je vous l'assure: on s'en passe très très bien. Seul l'amour suffit.
Rendez-vous sur Hellocoton !

12 commentaires:

  1. Eh bien moi qui suis seule et isolee, finalement, je me dis que c'est mieux comme ça...je ne subis rien de tout ca et à l'école non plus j'ai de la chance...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Heureusement que nous ne vivons ps toutes les mêmes choses. Comme dit ma mère nous avons tous notre fardeau à porter sur terre. ce n'est pas une question de chance. C'est juste la grande loterie de la vie comme il y en a qui naissent rentiers, d'autres affamés, d'autres désirés d'autres pas... La vie.

      Supprimer
  2. Je me dis que j'ai de la chance... je n'ai rencontré aucun parents, amis, prof de ces genres là... pas encore! :) J'ai bien croisé une ou deux mères parfaites. Mais elles ont compris qu'il fallait me laisser tranquille. je suis sauvage. Je me passe très bien de voir du monde et de recevoir des conseils, quand je ne les ai pas demandés. :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avant j'étais sauvage. Mais c'est mon fils qui se retrouvait isolé. J'ai du m'ouvrir tout en me protégeant tu vois un peu le truc? Tisser du lien social c'était montrer aussi l'exemple à mes enfants. Apprendre à ne pas laisser les sentiments des autres déteindre sur moi surtout les négatifs. Certains diront que je me sens jugée en permanence car dans ce billet je ne retrace que le négatif mais c'est pas ça. J'aurai pu écrire un billet sur tout ce que les autres m'apportent au quotidien mais alors vous m'auriez retourné que je vivais au pays e Candy...

      Supprimer
    2. je ne sais pas si ça va te rassurer... mais la bonne nouvelle est que même avec une mère sauvage, mes gosses arrivent à tisser des liens. :) pour moi, le pire, ce sont les mères parfaites... enfin... celles qui pensent l'être! ;)

      Supprimer
    3. Ah ah ah je ne suis pas rassurée du tout en fait. Il faut aussi dire que pour mon fils c'était particulier. Nous avons déménagé en cours d'année. Il était en moyenne section de maternelle. Il a perdu ses copains ses repères et surtout le changement a été énorme. Il est passé de la grosse banlieue à l'école de bourge du 8e. Donc soit je m'ouvrait aux autres soit mon fils restait seul sans potes. Ici les enfants sont amis entre voisins ou quand les parents le sont. Je sais c'est dingue. Donc après un an d'efforts enfin sa première invitation à un anniversaire. Je sais ce n'est rien. Mais voir son enfant heureux ça n'a pas de prix 💕

      Supprimer
    4. alors je vais encore te rassurer... mon grand a été scolarisé jusqu'au milieu de son cm1 en Guadeloupe. En plein milieu du cm1, on l'a mis au CNED, inquiets du niveau bien trop bas de l'école où il était. Nous avons ensuite déménagé et atterri en métropole la veille de la dernière rentrée... ça s'est bien passé... super bien même... mais un problème de maison nous a obligé à redéménager après les vacances de la toussaint... et donc obligé à changer les enfants d'école... encore! (oui, on a aussi un plus petite qui va entrer au ce1)... et bien, malgré nos craintes après tant de chamboulements... ça s'est bien passé! :) Comme quoi... :) mais je t'accorde que faire quelques efforts pour leur faciliter la tache est une bonne chose! ;)

      Supprimer
  3. je suis malheureusement tellement d'accord...c'est bien pour cela qu'aux yeux du monde on ne sera jamais une maman parfaite mais qu'aux yeux de nos enfants on sera (du moins pour un temps) la maman qu'il leur faut à 100% !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. <3 oui même pour un temps nous sommes les meilleures! Il faut en profiter, l'adolescence arrive :) Gros bisous et courage Elisa un jour nous serons grand mères et nous pourrons rire de tout ça!

      Supprimer
  4. Tu me donnes le sentiment de te sentir en permanence agressée, jugée, jaugée dans ta façon d'être mère. C'est étonnant car tout ce que tu listes je le vis de manière radicalement différente. Question de point de vue sans doute.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a autant de façons de percevoir le monde qu'il existe d'humain sur Terre. Le fait est que je dois avoir un sacré mauvais karma en ce qui concerne mes relations avec les autres. Même en restant dans mon coin ou en étant gentille je tombe très et trop souvent sur de sombre connasses sorties du néant... Avant je m'énervais, je criais, je pleurais. Maintenant je regarde cela avec du recul en me disant que c'est la vie. A côté de ça j'exerce un métier passionnant, j'ai un mari aimant et des enfant en bonne santé. Tout va bien :)

      Supprimer
  5. L'enfer c'est les autres... ;) Sans rire, on vit tellement mieux, on se connaissant soi-même et en faisant comme bon nous semble... Après, c'est pareil, je fais des efforts pour la vie sociale des filles, mais en vieillissant je deviens un ours qui aime bien sa tannière :)

    RépondreSupprimer

Une bouteille à la mare?