samedi 16 janvier 2016

Juger pour exister ou Exister pour juger

Avant je pensais avoir un problème avec l'autorité. Je pensais que mes réactions brusques et agressives étaient liées cela. Quand on est jeune et entourée de personnes plus âgées le monde nous semble rempli de  gros cons qui pensent que leur âge leur donne toutes les connaissances.
Puis j'ai grandi. Mon souci est resté. Pourtant je suis une adulte aujourd'hui. Pourquoi suis je encore si agacée. J'ai fini par comprendre...

Je n'aime pas les jugements. Je n'aime pas cette attitude qui semble être la norme. Pour justifier un choix doit on obligatoirement avoir besoin d'enfoncer le choix du voisin? Pour défendre une cause est il utile de décrier les engagements des autres?

Les femmes semblent être les reines en la matière et je ne suis pas vernie j'en suis une. Maman et blogueuse c'est le pompon. Le jugement à tout va est un sport national. Le pire c'est qu'elles ne semblent même pas s'en rendre compte.


Juger pour exister ou exister pour juger  les frontières sont brouillées. On se plains des jugements des autres mais pour les critiquer on juge à son tour. On enfonce la copine pour mieux briller. On n'hésite pas à bien casser au passage pour se sortir d'une situation fâcheuse. Vue de l'intérieur cela ressemble à une ruche bourdonnante, malade et désorganisée. Vu de l'extérieur c'est encore pire.

Je suis différente. Je reste persuadée que dans la vie pour avancer on a pas besoin de se mesurer systématiquement aux autres. On peut être soi même. Faire ses propres choix sans chercher sans cesse l'approbation, l'assentiment des autres. On peut passer à côté de tout cela et vivre très bien. On a pas besoin d'être meilleur que machin ou machine. Il suffit d'être le meilleur pour soi même. Faire en sorte d'être heureux. Tout faire pour. Ne chercher que le bonheur. Ne pas nuire aux autres. Et quand ça ne va pas? Prendre le temps de considérer comment on en est arrivé là. Se demander ce qu'on a mal fait sans rejeter la faute sur les autres c'est l'attitude saine qui permet d'avancer et d'apprendre de ses erreurs.

Aujourd'hui quand quelqu'un m'agresse je ne me braque plus. Je respire un bon coup et je prends le temps de comprendre ses motivations. En général elles sont très primaires. L'agresseur est souvent une personne en mal être. Une personne qui ressent le besoin d'évacuer le fiel de sa vie. Le souci c'est qu'on a beau évacuer la douleur si on n'en tarit pas la source ça ne sert à rien. Ces personnes ne cherchent pas à aller mieux elle ne font que mettre un pansement sur une plaie infectée.

Quand on est tout pourri de l'intérieur il faut nettoyer, éliminer l'infection pour que ça guérisse. Le souci c'est que la majorité des gens préfère se voiler la face. Risquer de perdre tout plutôt que souffrir un instant. Plus facile de faire souffrir les autres autour que d'avouer qu'on souffre sois même. L'humain est vraiment une créature étrange. Vous pouvez être sur que plus une personne se montre odieuse et médisante, plus elle va mal et a des choses à cacher.

Quand je compare cela à un phénomène naturel je dirais que plus la personne maintient cette attitude plus elle pourrit. Voyez comme quand vous laissez un truc organique dans le coin d'une pièce. Il commence à pourrir lui même puis il commence à sentir mauvais dans toute la pièce et si vous persistez à ne pas le sortir il finira par étendre ses miasmes aux murs, aux sols et très vite toute la pièce sera moisie et malodorante. Vous avez compris.

La personne qui ne fait pas le ménage dans sa vie à toutes les chances de voir la situation se dégrader. Soucis en tous genres lui tombent dessus. Elle ne s'en sort plus. Mais elle persiste à penser que le mal vient de l'extérieur et que ce sont les autres les fautifs. Victimisation, règlements de compte, recherche de problèmes. La personne en mal être se sent agressée en permanence et pas tout le monde. Toujours cette fuite en avant, toujours ce refus de se voir tel qu'on est.

3 commentaires:

  1. Je suis tout à fait d'accord avec toi ! Malheureusement, c'est parfois blessant et il n'est pas toujours facile de supporter les fâcheux quand on doit le faire ;)

    RépondreSupprimer
  2. Excellente analyse ! Même si je me dis "pour réagir comme ça, cette personne doit être malheureuse", je n'arrive pas à passer outre et je lui en veux ! Parce que si tout le monde fait comme ça... merde quoi ! Nous ne sommes pas le paillasson et le sac à vomi des autres !

    RépondreSupprimer
  3. totalement d'accord avec toi...

    RépondreSupprimer

Une bouteille à la mare?

Les Thés et Jardins d'exception de la Compagnie Française de l'orient et de la chine

La difficulté quand on aime le thé et surtout le bon thé c'est d'en trouver à bon prix... Il faut quand même dire la vérité, cert...