dimanche 26 avril 2015

Je suis la mère de mes enfants

Vous allez peut être trouver ça idiot mais ça n'est devenu évident pour moi que tout dernièrement.
Bien entendu je suis leur mère sur le papier et physiquement. J'ai un livret de famille ou c'est bien écrit que je suis la maman du canard, de l'alouette et de l'hirondelle. Physiquement il me suffit de repenser à mes accouchements pour ressentir bien comme il faut que je n'ai pas rêvé, c'est bien moi qui ai accouché. Je suis un peu comme un ancien combattant, les blessures de guerre sont là visibles...

Mais alors? 

Avant j'étais toujours en retenue et incertitude. J'étais comme en représentation. Vous savez comme quand une actrice joue à la perfection son rôle. Vous les spectateurs la regardez et oubliez que c'est une actrice. Vous êtes pris par l'histoire, les situations. Mais l'actrice elle sait qu'elle est une actrice. Elle sait qu'elle joue même si elle est a fond dans son personnage elle sait que tout est faux.

J'ai choisi cette photo juste parce qu'elle est mignonne <3
Avec mes enfants j'ai toujours eu cette peur que tout soit faux. Toujours cette idée idiote que cela pouvait être un rêve, que rien n'était réel et que cette vie j'étais surement en train de la fantasmer. J'allais me réveiller chez ma mère, dans mon lit d'adolescente, avec mon chien qui me souffle son haleine au visage et des cours à réviser. 
Alors j'avais du mal à être à fond dans mon rôle de parent. Toujours dans la demie mesure. J'avais tendance a écouter tous les conseils. Toujours peur de mal faire au lieu de faire. Le plus évident c'était cette peur de réveiller mes enfants. Une sorte d'angoisse qu'ils se réveillent comme si je n'allais pas savoir gérer ces moments avec eux. Une douleur dans la poitrine dès les premiers gémissements...
Depuis que nous avons déménagé je ne saurai dire pourquoi c'est comme si j'avais enfin fait le deuil de quelque chose. D'un coup je me découvre bien plus courageuse et réveillée. Je n'ai plus cette angoisse ni cette douleur.

On a beau dire qu'on ne naît pas mère mais qu'on le devient il n'est dit nulle part que cela arrive à l'accouchement et il n'y a pas non plus de mention de temps. Qui sait quand on devient réellement une maman? Et si certaines y parviennent un jour. 

Je me sens enfin totalement leur mère et capable de tout faire quand je veux le faire. Je me sens adulte, responsable et capable. Je ne me sens plus en position d'attente ou de représentation. Je n'attends plus ni les acclamations du public, ni son assentiment et encore moins sa reconnaissance.
Je sais que je suis apte a prendre les décisions pour eux car c'est moi leur maman tout simplement.


3 commentaires:

  1. Je te comprends tellement ! Je n'ai qu'un enfant et parfois je le regarde en me disant : "Mais c'est mon fils en fait, c'est fou !". J'ai l'impression d'être folle, mais quand tu me dis qu'il en fallu trois pour réaliser, je me sens moins anormale. On ne naît pas mère !

    RépondreSupprimer
  2. Très joli texte... Je crois qu'on devient et redevient mère tout au long de sa vie non ? Je ne crois pas que l'amour maternel soit un long fleuve tranquille, j'ai plutôt l'image d'un torrent indomptable qui menace souvent de nous faire couler mais qui nous entraîne toujours à toute vitesse et avec un max d'adréaline !!!! Moi c'est surtout quand je regarde mes 2 (bientot 3 !) que je me dis : c'est fou : les deux sont à moi, j'ai plusieurs enfant, je suis vraiment une maman !

    RépondreSupprimer
  3. Oh la comme j'aime ton texte, comme tu dis les choses comme elles sont ! C'est vrai, on devient mère, mais quand, telle est la question ! Et l'amour n'entre pas en compte. On peut aimer à la folie son enfant tout en ayant du mal à tenir le rôle de maman. Merci !

    RépondreSupprimer

Une bouteille à la mare?

Thor Ragnarok VS Justice League , la critique

Vous qui n'aimez pas l'univers des supers héros et qui êtes complètement hermétiques aux tridents, marteaux et autres voyages inter...