lundi 12 mai 2014

Se marier devant Dieu mais divorcer...devant les hommes

Le mariage... certains en rêvent. D'autres ne veulent pas en entendre parler. Certains hésitent. Certains sont bien comme ils sont. Il y a ceux qui vont sauter le pas sous peu, ceux qui viennent de faire le grand saut. Ceux qui commencent à se demander si ce n'st pas une erreur et puis ceux qui divorcent... oups j'oubliais celles qui voudraient bien divorcer mais ne peuvent pas.

Mes parents sont divorcés. Ils ont d'ailleurs divorcé tellement tôt que moi leur enfant je n'ai pas eu le temps de les connaitre mariés. Quand j'ai eu l'âge de raison c'était déjà une vieille affaire. 
Ils ont divorcé très vite aussi vite qu'ils s'étaient mariés. Non pas que je juge mes parents, je veux juste parler de la forme de leur union. Ils avaient opté pour une union civile toute simple, pas de mariage à l'église.

Jusqu'à présent je m'étais toujours demandé pourquoi? Pourquoi ne pas s'être mariés à l'église? Pourquoi juste une union civile? Ils savaient au fond d'eux même que ça n'allait pas marcher? C'est vrai que lorsqu'on se marie à l'église une fois c'est quasi impossible de pouvoir le faire de nouveau. Le mariage devant Dieu c'est pour toute la vie...  Maintenant je me dis qu'ils avaient bien raison. J'ai fais pareil.


Aujourd'hui j'ai lu quelque chose qui m'a fait bondir de mon canapé. Connaissez vous le Guett?
Il s'agit du divorce religieux juif. Chez les juifs une femme ne peut divorcer de son mari. C'est le mari qui décide si oui ou non il veut divorcer de sa femme. Cela prend la forme d'une sorte de contrat officiel qu'il doit lui délivrer et qu'ils signent tous deux. En gros si il ne veut pas elle l'a dans l'os! Mariée à tout jamais a un connard!
Sans rentrer dans les détails que vous trouverez sur google cela m'a amené à me questionner sur le mariage aujourd'hui et surtout le divorce!

J'ai réalisé que si aujourd’hui les choses bougent fortement pour ce qui est de l'accession au mariage, mariage accordé aux couples gay notamment, qu'en est il du divorce? Tout le monde s'en fiche?

Les femmes obtiennent généralement la garde de leurs enfants mais les pensions alimentaires sont elles suffisantes quand on voit la cherté de la vie. Je me souviens que la pension que versait mon père à ma mère ne nous a pas empêché d'avoir parfois le frigo vide en milieu de mois. Parfois les choses sont plus graves car c'est généralement l'homme qui gagne plus et cette perte de revenus plonge les femmes divorcées dans la précarité. 


Le plus dur à mon sens c'est le jugement que porte la société sur la femme divorcée.
Dans les années 80 je me souviens encore des insultes que devait supporter ma mère et de son isolement social. L'homme qui divorce ne perd généralement pas son statut social. Il n'est pas isolé de part son emploi et sa place dans la société. La femme en revanche semble perdre son statut. Elle n'est plus l'épouse "de". Si elle portait le nom de son époux elle doit refaire ses papiers d'identité ce qui occasionne des discussions, des intrusions dans sa vie privée. 

Je trouve ça édifiant qu'encore aujourd'hui il faille demander la permission à Rome pour les catholiques si l'on souhaite rompre son union religieuse. C'est encore pire que la décision revienne à l'homme la femme est encore considérée comme une marchandise ou un être incapable de gérer sa propre vie. 

Oui il ne s'agit "que" de l'union religieuse et on peut très bien se passer d'un divorce religieux pour peu qu'on y accorde pas trop d'importance, seulement ça reste injuste peut importe dans quel sens on tourne les choses. 
Le plus hypocrite la dedans c'est que ce mariage est censé se faire devant Dieu mais au final ce sont bien des hommes et toujours des hommes qui ont le dernier mot et qui s'arrogent sous couvert de la religion le droit de diriger nos vies. 
Rendez-vous sur Hellocoton !

14 commentaires:

  1. La religion, un histoire d'hommes :-(

    RépondreSupprimer
  2. oh que tu as raison! encore un billet bien argumenté :-)

    RépondreSupprimer
  3. Tu vois encore juste ! Avant qu'il y ait réellement une égalité hommes-femmes.... la société à été créée pour les hommes et par les hommes, alors avant que les femmes soient vraiment considérées comme leur égale, et dans tous les domaines....
    Djahann

    RépondreSupprimer
  4. coucou
    je trouve cette phrase " Les femmes obtiennent généralement la garde de leurs enfants mais les pensions alimentaires sont elles suffisantes quand on voit la cherté de la vie" un peu limite....est ce bien normal aussi que les femmes mêmes celles qui ne le méritent pas obtiennent la garde des enfants ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je t'invite a lire ce billet que j'ai écrit l'année dernière: http://www.lamareaucanard.com/2013/06/legalite-parentale-les-papas-en-colere.html

      Supprimer
    2. j'ai lu...ça tempère un peu effectivement ;) ce qui me gene meme si je suis une femme c'est le mot généralement...je trouve ça affligeant que les situations des enfants ne soient pas considèrées

      Supprimer
    3. Tout comme toi :/ La généralisation c'est pire qu'un cancer! Cela pourrait être évité si les parents pouvaient mieux s'entendre pour le bien des enfants mais généralement les gens qui ne s'aiment plus oublient qu'ils se sont aimés un jour. Il ne reste que la haine alors prendre conscience des droits de l'autre...

      Supprimer
  5. Alors là, pardon mais non ! Une phrase me fait bondir : "Je trouve ça édifiant qu'encore aujourd'hui il faille demander la permission à Rome pour les catholiques si l'on souhaite rompre son union religieuse." Reprenons depuis le début, l'union ne peut pas être rompue, c'est forcément pour la vie donc au pire/au mieux on reconnaît la nullité du sacrement. Autrement dit, on reconnait que les conditions nécessaires à la validité du mariage en tant que sacrement (et donc pilier de la vie chrétienne) n'étaient pas présentes au moment initial. Voilà pour la rectification. Quant au fond : ben forcément quand on se marie pour la vie on ne peut pas divorcer. Je ne comprends pas que tu juges ainsi ce que vivent les catholiques. S'engager pour la vie est beau et exigeant, malheureusement tous ceux qui s'unissent à l'Eglise ne l'ont pas encore compris. Trop souvent, on fait un mariage religieux pour le folklore, pour plaire à la grand-mère, mais sans en partager le sens. Alors forcément si ça tourne mal, on se retrouve à devoir assumer une situation dont on n'avait pas compris l'engagement. Mais ce n'est pas à l'Eglise de se montrer "flexible" ! Elle nous apprend à grandir et nous force à assumer nos responsabilités. Pardon d'être dure, mais j'en ai marre de voir le divorce banalisé, facilité, alors qu'on en connait les conséquences. Soyons honnêtes : le divorce abîme les enfants plus souvent qu'il ne les sauve, le divorce engendre la précarité des pères devant payer des pensions alimentaires trop chères et des mères devant assumer seules l'éducation des enfants, le divorce fragilise la société. Alors arrêtons de l'encourager et vouloir faciliter les choses, cela ne résoudra rien. Pourquoi ne pas plutôt valoriser l'engagement à long terme et la stabilité (facteur d'épanouissement de l'enfant) ? Pourquoi ne pas préparer les jeunes au mariage et à la vie commune ? Puisqu'on va passer par des phases difficiles, pourquoi ne pas se préparer ? (Discussions préalables sur l'argent, la famille, l'éducation...) Bref, pardon pour ce commentaire décousu, merci pour cette plage d'expression !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'amour est il une responsabilité? Penses tu que Dieu qui se dit lui même être amour voudrait voir ses enfants vivre dans la peine et la tristesse? Dans le mensonge et la dissimulation? Pour moi on peut aimer Dieu de tout son coeur, être une bonne chrétienne et souhaiter divorcer. Quand on ne s'aime plus on ne s'aime plus... Et je vais te dire, je n'ai jamais souffert du divorce de mes parents mais si j'avais du vivre au quotidien sous le même toit que deux personnes qui ne s'aiment plus et même se détestaient cordialement je pense que je serai devenu justement une personne qui ne croit plus en grand chose ni en l'amour.
      Bises

      Supprimer
  6. Je trouve ton billet très intéressant. Je suis contente de n'avoir aucune appartenance religieuse, de ne pas considérer le mariage même civil comme essentiel donc de ne pas forcément souhaiter me marier un jour avec l'homme avec qui je vis...d'être relativement libre en fait.
    Lya

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es une free woman ^^ Mais c'est dommage pour celles qui désirent s'engager de devoir le faire avec une épée de Damoclès sur la tête
      ;)

      Supprimer

Une bouteille à la mare?