dimanche 9 février 2014

Les grandes désillusions

Quand avec mon mari nous avons pris la décision d'avoir un enfant j'étais très jeune. J'avais 23 ans et nous venions de nous marier. On pensait que je tomberais enceinte très vite. Que nous aurions très vite un bébé.
Je le sais maintenant nous étions trop utopistes. Nous pensions bêtement qu'il suffisait d'y penser et de le vouloir très fort pour que nos vœux se réalisent. Nos discussions au sujet de notre, nos enfants futurs et de notre vie avec eux me font doucement sourire aujourd'hui.

Il était question de moment passés en famille autour d'un jeu de société. Des heures que mon mari passerait à leur apprendre a jouer aux échecs. Moi je pensais leur lire des passages de mes livres favoris. Il était convenu que nous irions visiter des musés, voyager...

Nous avons idéalisé nos enfants et notre vie avec eux. Nous avons idéalisé notre rôle de parent. Nous nous attendions a avoir des enfants parfaits et à devenir des parents parfaits.

Et comme bien souvent dans la vie rien ne s'est passé comme nous l'avions prévu.
Le fils que nous attendions tant et que nous pensions avoir très vite, nous avons mis 3 ans a le concevoir.
Mon accouchement de rêve? Je me suis assise dessus.
Mon fils gentil, cultivé et avide de connaissances? Je peux continuer a l'attendre...


Non je ne suis pas une mère parfaite et mon fils est loin d'être celui que j'espérais. Je peux le dire aujourd'hui j'ai péché par orgueil et je le réalise seulement aujourd'hui.
Nous avons toujours pensé ayant nous même été des enfant hors du commun multipliant les récompenses, précoces, talentueux que nous ne pouvons engendrer qu'un petit génie.
Son premier bilan de compétence c'était samedi...

Une catastrophe. Non ce n'est pas un cancre. Non. Le souci? Il refuse complètement l'autorité. Il n'est pas violent pas du tout. Il refuse juste de collaborer avec les autres.

Ma première réaction si je n'avais pas été enseignante dans le passé aurait été de remettre en question l'institution. Le fait qu'on colle une étiquette a mon fils a  peine 4 mois après sa première rentrée.

Mais passée la colère il reste la dure réalité. Mon fils à la maison me parle. Il est vivant. Il m’obéit. Mais à l'école il devient une autre personne. Il est renfermé, solitaire et MUET.
Le plus édifiant? Au milieu de l'entretient alors que l'enseignante m'annonce très triste que mon fils ne parle pas. Il se met d'un coup a parler. Il chante. Il montre les animaux. Il compte...
Elle a été très étonnée car elle ne l'avait jamais entendu parler en 4 mois!

Alors oui, je suis déçue car je ne m'attendais pas a affronter ce type de problème. Jamais je n'aurai pensé qu'un de mes enfants pourrait passer pour un inadapté. Je n'y étais pas préparé et c'est bien là le souci notre société ne prépare pas les parents a affronter les problèmes. On ne nous montre en exemple que les bons exemples. Les autres on ne nous dit pas comment faire avec.

Je ne suis pas en colère contre le système je suis déçue et un peu perdue. Je sais que le chemin va être long et ardu. Que tant que mon fils ne rentrera pas dans leurs cases il sera stigmatisé. Nous allons prendre ce chemin tous les deux. Moi aussi je dois me mettre au travail. Etre parent au final c'est savoir se remettre en question.

Plus de Pavés chez:

Rendez-vous sur Hellocoton !

32 commentaires:

  1. Oohh :-/
    Mon deuxième garçon, en PS, entre parfaitement dans les "cases" ; à la maison, il est hyperactif, ne reste pas concentré plus de 5 minutes sur une activité, mais à l'école, c'est un élève modèle, appliqué, communicatif,...
    Mon Grand, en GS, est tout le contraire : en PS et MS, il a eu du mal à s'intégrer au groupe, il était dans sa bulle et en retrait, ne respectait pas les consignes - alors qu'à la maison, il est très expansif, vif et curieux. Cette année, ça va beaucoup mieux, il a pris confiance en lui et en les autres, et il a su montrer que c'est un élève appliqué.
    Mais pendant 2 ans, j'ai du lutter contre l'école et sa façon de catégoriser et stigmatiser - comme tu les dis - les élèves, en encourageant et valorisant mon garçon...
    J'espère que ton Caneton va vite trouver sa place et son équilibre à l'école. Bon courage !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Carine. J'espère qu'il va réussir a dépasser tout ça. J'ai de la peine car je réalise aussi que ses journées a l'école doivent être pénibles. Moi qui pensait qu'il passait de belles journées a jouer...
      C'est dur.

      Supprimer
  2. Tu sais Eloïse a mis plus d'un an avant de parler à l'école. Pourtant tu as vu ma fille??? La maitresse m'a seulement dis en novembre dernier "ça y est!!! Elle est venue me parler de l'école!!! Et elle commence à jouer avec les filles de sa classe....". J'ai juste invité des enfants à la maison pour observer comment ça se passait. Je luis ai expliqué les règles puis je lui expliqué que pour apprendre il fallait éciuté la maitresse... J'étais tellement contente de voir sur son bulletin de compétence que la maitresse trouvait qu'elle parlait bien et qu'elle commençait à devenir élève que je l'ai publié sur facebook!!! Non mon enfant n'est pas surdoué et je ne peux pas me cacher derrière ceette explication pour expliquer qu'elle ne va pas vers les autres. Oui, elle est tétue, difficile, un peu sauvage... Mais elle est assez intelligente pour comprendre où est son interêt. Et ton fils es du même accabit. La mienne a fait croire à la maitresse pendant 3 mois qu'elle avait peur de la musique qui annonçait qu'il fallait ranger pour ne pas se soumettre à au rangement de la classe... Le tien est plus frontale... Mais tu va y arriver ma canette. L'éducation c'est une dualité: vous et lui. Tu n'es pas seule responsable, il a son caractère, ses envies, son intelligences, ses croyances.... Et il a trois ans!!!!! Laissons lui le temps de comprendre tout ça et toi d'apprendre à être parent.

    RépondreSupprimer
  3. Ohhhh <3 <3 <3
    Et voilà je suis toute triste pour ton fils en lisant tes mots.
    Pleins de bonnes ondes pour ton loulou et toi afin de pouvoir trouver une solution tous ensemble afin qu'il s'épanouisse mieux au sein de son école.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci c'est exactement ça. J'espère qu'il va avoir une scolarité heureuse et joyeuse. C'est ce qu'on souhaite tous pour nos enfants.
      Merci

      Supprimer
  4. il faut certainement lui laisser un peu plus de temps, nous sommes trop pressés et le système veut que nos petits rentrent dans le moule.
    le fait qu'il soit vivant et parle bien avec toi est signe qu'il est à l'aise à la maison, l'école c'est tellement de nouvelles choses d'un coup...
    essaye de ne pas trop de faire de soucis, de l'accompagner en douceur et de ne pas trop prendre a coeur les remarques. je sais que c'est facile à dire mais je voudrais trouver les mots pour te réconforter car je ne sais que trop ce que l'on ressent, cette impuissance...
    Big Hug ;-)
    sophie de sixinthecity

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On en discute avec son papa et ses grands parents. Il n'est pas tout seul et abandonné. Ensemble on va surmonter ça. Merci beaucoup!

      Supprimer
  5. Bonjour !
    L'entrée à l'école est un vrai choc pour certains enfants même les moins timides et il leur faut du temps pour s'adapter. Ma fille a mis toute l'année avant d'accepter de parler à sa maîtresse et il lui a fallu attendre la moyenne section pour prendre la parole devant les autres élèves. Le principe du carnet de compétences, c'est de permettre à chacun d'avancer à son rythme et de noter ses progrès. Il n'y a pas beaucoup d'enfants qui ont déjà acquis toutes les compétences.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou,
      Je crois surtout qu'il ne comprend pas ce qu'il fait là :/ Quand je suis avec lui ça va mais sinon il attend la fin de la journée. Je dois travailler avec lui sur cela. Comprendre l'école et ce que l'on attend de lui.
      Bisous

      Supprimer
  6. Je ne connais pas précisément l'attitude de ton louloub à l'école mais ma grande n'a pas prononcé un mot de l'année (ou juste en cas d'absolue nécessité) alors que c'est une pipelette invétérée en dehors de l'école. Comme elle travaillait bien et qu'elle allait à l'école avec le sourire, je ne me suis pas inquiétée, je me suis dit qu'elle était comme sa mère ! lol Depuis la moyenne section ça va mieux, les maîtresses la voient épanouies mais elles écrivent "très discrète" dans son bulletin semestriel. Bah tant pis, elle n'est pas parfaite et alors ?!
    Ma cadette, qui a fait sa rentrée cette année, est "discrète" aussi, mais comme m'a dit la maîtresse la semaine dernière "on a l'habitude, la grande était pareil".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est fou ces enfants qui deviennent muets à l'école!
      Enfin vos témoignages me font sourire je suis moins triste Merci <3

      Supprimer
  7. (pour ma grande je parlais de sa première année de maternelle quand je disais qu'elle n'avait pas prononcé un mot ;-) )

    AurélieH

    RépondreSupprimer
  8. Mais il est petit ! Chaque enfant a besoin d'un peu de temps. Il y en a qui pleurent plus que les autres lors de la séparation, d'autres qui ne mangent rien à la cantine...bref, chacun a une façon à lui de s'adapter. Comment être déçue si tôt ? Quel impact peut avoir la déception d'un parent sur l'enfant ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais bien sur! C'est horrible d'être déçue de son enfant! Et je fais bien attention a ne pas lui montrer. Je l'encourage juste encore plus. Je me montre plus a l'écoute. Je l'entoure. Mais je refuse de me voiler les yeux en me disant que le temps va faire mon travail. C'est moi la maman et c'est a moi d'aider l'équipe enseignante. Nous y arriverons ensemble.

      Supprimer
  9. Tout à fait ! Ca ne fait que 4 mois que ton bonhomme est à l'école. Le chemin est encore long pour toi comme pour lui. Et en attendant qu'il s'acclimate, tu peux l'aider, toi, à accepter les contraintes de la vie en société : la communication, l'autorité, l'échange, tout ça, quoi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout a fait! Merci tu as bien résumé les choses. Je dois lui apprendre a comprendre les choses qu'il a du mal a assimiler. Avec patience et amour car c'est moi le parent pas les maitresses.

      Supprimer
  10. Ma seconde, Blanche, était comme ça en petite section. A tel point que quand elle se faisait mal, elle n'allait pas le dire à la maîtresse. Plusieurs fois je l'ai retrouvée le midi ou au goûter avec une "rayure" sur sa jolie carrosserie et la maîtresse embêtée qui me disait "je ne sais absolument pas comment elle s'est fait ça".
    Elle ne parlait pas et ne s'intégrait pas. Pourtant elle connaissait la moitié des élèves de sa classe pour avoir été à la crèche municipale avec eux !
    Et puis petit à petit (faut dire que la maîtresse de PS est formidable) elle l'a laissée venir à elle. simplement. Sans jamais la forcer, ni pour les comptines, ni pour le jeu.
    Je lui ai aussi parlé en lui disant qu'elle avait le droit d'aller voir la maîtresse pour lui dire si ça allait ou pas, si elle voulait faire qqc de spécial (un dessin le matin par ex). On a commencé ensemble, c'était moi qui disait pour elle le matin, puis petit à petit c'est elle qui s'est ouverte.
    C'est un parcours compliqué, on ne sait pas pourquoi ils peuvent être aussi renfermés. Peut-être juste qu'ils cherchent à avoir pleinement confiance en l'adulte qui s'occupe de lui...

    Courage et un million de bisous !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu viens de mettre le doigt sur quelque chose d'important! La maitresse est aussi la directrice. Elle est souvent absente et il y a des remplaçants. Peut être qu'il n'arrive pas a avoir confiance en elle car il ne la voit pas assez pareil pour les autres. :/

      Supprimer
  11. J'ai moi-même été une enfant mutique à l'école pendant pluieur années, avec des évolutions progressives, du type aller chuchoter les répones à l'oreille de la maîtresse, etc.
    À l'époque, le suivi n'était pas celui d'aujourd'hui, si bien qu'on m'a un peu maissée me débrouiller toute seule avec ce problème en espérant que ça passe.
    Aujourd'hui, heureusement, jepense qu'on peut accompagner ton fils pour l'aider à s'ouvrir progressivement aux autres.
    Ce dont je me souviens très bien me concernant, c'est que la pression que les adultes me mettaient me bloquait encore plus ( les " bah alors, pourquoi tu ne parles pas?" répétitifs n'ont jamais rien débloqué).
    En tout cas, si ça peut te rassurer, je suis devenue une ado assez sociable, certes timide mais sociable, une eélève assez brillante côté performances scolaires

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh là là, mon comm est bourré de coquilles, merci l'ipad...

      Supprimer
    2. Merci Bertille! Ton comm me rassure! C'est bon de voir que des enfants introvertis grandissent et se débrouillent. Je le savais mais ça fait du bien de le lire <3
      (pas grave moi aussi je fais souvent des coquilles ^^)

      Supprimer
  12. Comme je comprends ton sentiment. L'an dernier, nous avons été convoqués par la maitresse de mon ainée alors en grande section. Nous pensions que c'était pour nous parler de leurs travaux sur la tenue du crayon réalisés en soutien et là la maitresse nous explique que notre fille qui avait pourtant fait deux premières années de maternelle sans le moindre souci ne participait pas aux activités de la classe. Quand ça ne l'intéressait pas elle s'installait sur un banc et se cachait derrière ses cheveux en attendant que la classe passe à autre chose. La maitresse ne savait pas quoi faire quoi nous conseiller. Elle voulait nous alerter, se rassurer sur le fait que nous étions "normaux" et nous a simplement demandé d'attacher les cheveux de notre fille. Passé le fou rire nerveux échangé avec mon mari à l'issue de l'entretien, oui nous sommes une famille classique, mariés, etc... et oui nous nourrissons notre fille, parce qu'en plus elle ne mangeait rien à la cantine mais ça on savait depuis la crèche, il a bien fallu se rendre à l'évidence que nous avions loupé quelquechose, que notre fille vivait mal cette nouvelle année d'école et que nous devions l'aider à trouver sa place dans cette classe. Nous avons beaucoup discuté avec elle, peu écouté les conseils des autres. Nous l'avons rassurée, l'école ça n'est pas que jouer, il va falloir travailler (et la grande section ce n'est que le début) mais tout le monde finit par y arriver. Certains savent lire en maternelle d'autres ont encore du mal à écrire leur prénom, chacun son rythme, chacun ses points forts. En quelques semaines elle a repris plaisir à participer à la vie de la classe. Courage à toi, tu es peut-être passé à côté de son mal être mais tu es la mieux placée pour l'aider à s'en sortir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup <3
      On y travaille et je pense que tout va aller mieux si moi je fais des efforts!

      Supprimer
  13. J'imagine ta réaction.
    On nous a parlé d'un retard de langage pour ma fille lors d'une visite de contrôle à l'assurance maladie, je dois avouer que le sol s'est ouvert sous mes pieds... autisme, surdité, retard de développement, tout est passé par ma tête.
    Bien que ce soit tôt, je pense qu'il est bon que l'institutrice en ait parlé avec vous : il faut suivre cet aspect de sa scolarité, peut-être l'aider à plus socialiser et à se formater aux règles de l'école. Cela ne veut pas dire qu'il n'est pas intelligent ou brillant.
    Courage pour cette étape.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Olala j'imagine ta réaction! Ils savent nous faire peur "pour rien"...
      Oui je suis contente qu'elle m'en parle et surtout que je puisse aider. C'est bon d'avoir un dialogue ouvert avec l'équipe enseignante!

      Supprimer
  14. T-Biscuit ne parlait pas non plus en TPS, ni en PS. En MS, sa maîtresse l'a pris en soutien le midi pour pouvoir entendre sa voix. En petit groupe de 8 enfants, miracle, il parlait !
    Ce soutien a été une très bonne chose car par la suite il s'est senti plus à l'aise. Mais à 10 ans, c'est encore dur pour lui de lever la main pour prendre la parole. D'ailleurs demain, il a un exposé à faire et il angoisse un peu. Par contre, jouer au basket devant pleins de parents, ça, il s'en fout.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est excellent ça les groupes de soutient! Il est encore un peu petit du coup le groupe de soutient c'est nous deux ^^ Il parle un peu plus depuis quelques jours il faut dire que je le motive :) Ce soir la maitresse m'a dit que tous s'était bien passé. Enfin une petite victoire ^^

      Supprimer
  15. Mon fils n'a encore que 30 mois, c'est idiot, mais j'y pense déjà à l'école, à son intégration dans la société. Cette peur qu'il passe pour un inadapté comme tu l'écris est bien présente. Un enfant trop silencieux peut poser problème, mais celui qui perturbe toute une classe se fait vite prendre en grippe. J'ai l'impression qu'on a pas le droit de déborder des cases et ça m'angoisse. A la maison, c'est une vraie tornade, il ne se pose jamais 2 secondes et sollicite notre attention sans arrêt, ne parle pas encore. Que va t'il se passer s'il agit de même en classe? Alors, il va depuis une semaine en centre de loisirs sans moi, pour qu'il commence à s'adapter à ce que sera la maternelle dans quelques mois. Pour l'instant, ça se passe bien, mais l'angoisse est toujours là et je m'en veux de douter de lui et peut être surtout de moi. Ca fait remonter mes propres failles d'enfant timide et réservée, alors qu'il est si différent de moi.
    J'espère que ton fils trouvera son équilibre et même si son parcours doit être plus difficile qu'il l'a été pour vous enfant, je suis sûre qu'il finira par trouver sa place, si vous continuez à vous montrer à son écoute et à l'encourager comme vous le faites déjà ;).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon fils était comme le tiens :) Il est encore! Tu as eu la bonne idée de le mettre au centre de loisir. Moi je ne l'ai pas fait et je regrette. Il aurait gagné du temps.
      Je suis sure que ton fils va s'en sortir comme un chef! Je croise les doigts et surtout ne stresse pas trop ils le sentent ces filous!

      Supprimer
  16. Mère Cane j'imagine combien cela doit être déstabilisant !
    D'abord moi ça me hérisse le poil les évaluations et autres "bilans de compétences" en maternelle... Ils ont trois ans b... de m
    .. ! C'est mon coup de gueule du soir !
    Et surtout : fais toi confiance et fais lui confiance. Tu le connais toi ! C'est ça qui compte...
    Et puis comme m'a dit un jour ma maman alors que je regrettais que mon fils soit dans la classe des petits/moyens et non dans celle des moyens/grands : "mais ne t'inquiètes pas, il ira quand même à Polytechnique !" (je vous laisse imaginer le ton)
    :-)

    RépondreSupprimer
  17. Je vis quelque chose d'assez approchant avec Surprise. Lui va très bien, sa maitresse et moi on a plus de mal avec la situation...
    Le livret d'évaluation me sidère, ils ne sont qu'en PS après tout, mais c'est déjà la culture du résultat (je ne blâme pas la maitresse qui n'a pas le choix, plus le système, alors que pourtant, je m'apprête à devenir instit.)
    Surprise c'est surtout sur le respect des règles de l'école que ça coince.
    On a quand même mis en place un suivi avec une psy, plus pour nous(me) rassurer que par réel besoin pour Surprise je crois.
    Allez, courage et chaudoudoux! Ils ont 3 ans, ce sont des enfants, et chacun à son rythme.
    Pis moi, j'aime pas les cases d'abord. ;)

    RépondreSupprimer

Une bouteille à la mare?