lundi 26 août 2013

L'allaitement, cette drogue.

Je savais que j'allais aimer allaiter mais pas à ce point...
Je suis tombée dans l'allaitement exclusif comme on tomberait dans un chaudron de potion magique.
C'est une chose étrange de constater comme nous humains sommes guidés par nos hormones. Nous qui nous croyons si supérieurs et maîtres de nous même.

Depuis presque 6 mois j'allaite ma petite fille. Un allaitement dans lequel je m'épanouis totalement.
Bien sur tout n'a pas été tout rose. Il a fallut une belle période de rodage.
 Je me souviens de mes crevasses hyper douloureuses à la maternité et de ma petite qui tétait non stop. Je me souviens de mon premier engorgement, de cette douleur atroce et de la fièvre. Et ces montées de lait violentes? D'un coup cette poitrine qui se gorge de lait et devient dure comme de la pierre. Ces fuites intempestives qui surviennent à tout moment et m'obligent à porter des coussinets absorbants.

Non allaiter ce n'est pas de tout repos car le lait maternel (plus digeste) est plus vite digéré par les bébés et à la différence d'un bébé nourri au biberon et de préparations infantiles, le bébé allaité boit plus souvent.  J'ai aussi constaté et c'est normal puisque les besoins de ma fille grandissent que les tétées au bout de 6 mois sont plus longues et qu'elle réclame maintenant à chaque repas de se nourrir des deux seins.

Je suis aussi contrainte de faire attention a ce que je mange et bois. Plus d'alcool c'est évident mais j'ai aussi adopté un régime alimentaire censé réduire les désordres intestinaux de ma petite et favoriser mes montées de lait.
J'ai bannis les agrumes et pois. Les premiers sont acides et les seconds font péter. Les deux donnent mal au ventre au bébé. J'ai aussi réduit considérablement l'ajout d'épices.
Pour m'aider à tenir la cadence je mange beaucoup de sucres lents. Vive le blé, les pâtes ...


Malgré ces choses qu'on pourrait appeler contraintes je réalise que j'adore allaiter. Et même parfois je me découvre des tendances extrémiste. J'ai beaucoup de mal a accepter qu'on me parle de biberons et de préparations infantiles pour ma fille. Quand je m'installe avec elle dans les bras et qu'elle commence a téter j'ai l'impression qu'on me balance un rail de coke ou que je fume un joint moi qui ne me suis jamais droguée de ma vie j'ai la sensation d'être une toxico de l'allaitement.

C'est tellement addictif que si je n'avais pas le recul de mon premier allaitement foiré et de ma relation avec mon fils ainé réussie malgré un sevrage rapide et les biberons, je porterai un regard super critique sur les mamans qui n'allaitent pas. Ce que je veux dire c'est que lorsque vous vivez un truc génial, que c'est tellement bon que vous êtes limite en train de planer c'est difficile de comprendre ceux qui font le choix de ne pas vivre ça. Heureusement que je sais qu'on peut ne pas allaiter et vivre des choses super chouettes avec son bébé. Je sais bien que l'allaitement n'est pas la pierre angulaire de la maternité.
Seulement une fois qu'on est dedans et qu'on y est bien a fond cela devient une obsession, un besoin et quand on pense que cela va finir un jour on est super triste.


Au final je comprends de mieux en mieux certaines choses. Je comprends et même parfois envisage l'allaitement longue durée. Je comprends qu'on puisse rejeter les préparations infantiles avec tant de force. Allez dire a un alcoolique de remplacer sa dose habituelle par un verre d'eau de fontaine... il vous enverra paître pas très poliment, c'est la même chose pour une maman allaitante. Moi j'ai de plus en plus de mal a ne pas envoyer bouler méchamment ceux qui me conseillent de donner un biberon pour :
-me reposer.
-caler ma fille.
-qu'elle découvre des gouts nouveaux.
-l'habituer au biberon.

Je tire déjà mon lait pour les cas ou je dois m'absenter et pour que papa me relaie occasionnellement.
J'aurai le temps de me reposer ... plus tard.
En fait je me plains mais je m'éclate.

Plus de Pavés chez:
La nouvelle éloïse, Je punis, tu punis, il punit
Rendez-vous sur Hellocoton !

28 commentaires:

  1. Tres joliment écrit♡ je dois sevrer mon loulou pour cause de reprise du boulot et comme tu le décris si bien j'ai l'impression que je vais être privé de ma drogue quotidienne... tu as mis les mots exactes sur ce que je ressens aujourd'hui:(

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oh ma belle! C'est dur! j'espère que ça va bien se passer pour vous deux! J'ai sevré mon ainé a 3 mois :/ Je te comprends tellement! Allez dis toi que tu fais ce que tu dois faire pour son bien et surtout ne stresse pas. L'amour c'est ce qui compte le plus!

      Supprimer
  2. Bonjour, je voulais te demander comment tu as fait pour réussir l'allaitement de ta fille alors que pour le 1er ça n'a pas fonctionné ? J'ai essayé d'allaiter mon fils aussi et ça n'a pas du tout été une réussite, j'ai craqué au bout d'une semaine... Du coup, je me demande si je réessayerais pour le 2ème. Merci de nous faire partager ton expérience !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour ma fille j'ai surtout appris de mes erreurs. Je savais que j'allais avoir des crevasses. Je savais qu'il y aurait les pics de croissance. J'ai beaucoup lu, je me suis documenté. J'étais plus en confiance et je me suis fais confiance.
      J'ai aussi arrêté d'écouter ma mère ^^ je me suis reposé j'ai lâché prise.
      Pour mon grand je m'étais laissé influencer et la fatigue, la douleur et la déprime m'avaient fait tout abandonner :(

      Supprimer
    2. Lâcher-prise et se faire confiance, c'est surement la clé ! Merci !!

      Supprimer
    3. De rien! J'espère que tu pourras faire comme tu le souhaites et que ça se passera bien pour vous deux :)

      Supprimer
  3. Je suis de celles qui allaitent au sein longtemps (j'ai dû arrêter pour mon ainée à 13 mois et pour le petit, qui vient d'avoir 11 mois, je ne compte pas arrêter de si tôt). Contrairement à toi, je ne ressens pas une quelconque addiction à cette alimentation. Je ne me retrouve pas non plus dans le discours des extrémistes (même si je comprends bien que tu n'y es pas, "grâce" à ton premier allaitement "foiré").

    Je suis désolée mais je n'arrive pas à comprendre le rejet des préparations infantiles. Je n'arrive pas à porter un regard critique sur celles qui n'allaitent pas.

    Personnellement, tout comme ça me gonfle au plus haut point quand on me juge sur ma façon de nourrir mes enfants, ça m'exaspère qu'on puisse critiquer celles qui donnent le biberon par choix !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Toutes différentes dans la maternité comme dans l'allaitement :) c'est ça être humain non? Accepter d'être différent et que les autres pensent différemment.

      En tous cas moi je ne juge personne, je vis mon truc a moi égoïstement et passionnément.

      Supprimer
  4. ihihih alors pour moi ça ne fait pas office de drogue, pas de shoot à chaque tétée mais c'est clair que c'est le bonheur d'allaiter!

    RépondreSupprimer
  5. Mais comme je suis d'accord avec toi ! En ce moment, je vis des trucs pas très rigolos niveau santé. Alors, heureusement que j'ai mon allaitement pour me faire tenir ( les médicaments pour le cœur sont compatible, ouf !) !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai! Une amie me disait qu'allaiter l'avait empêché de déprimer après son accouchement!

      Supprimer
  6. Je pensais allaité 6 mois au moins, puis 9, puis 12... et là elle va avoir 2 ans... Alors oui, elle prend aussi du lait de vache depuis ses 6 mois parce qu'avec la reprise du boulot, je n'arrivai plus à suivre... et ça a sauvé mon allaitement. Maintenant qu'elle est plus grande, on a gardé la tété du matin, un moment câlin, auquel on tient!

    Je comprends ce que tu veux dire pour les femmes n'ayant pas pu, pas voulu allaiter. Je ne me permettrais jamais de juger, mais ça me rend un peu triste, parce que pour moi ce n'est que du bonheur et je me dis qu'elles ratent quelque chose.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui voilà c'est exactement ça. C'est un sentiment très étrange. Tu es tellement dans la joie et la plénitude que tu te dis dans ces moments là mais mon dieu c'est trop bien! Tout le monde devrait connaître ça <3

      Supprimer
  7. J'aurais pu écrire la même chose. C'est une drogue. :D

    RépondreSupprimer
  8. Comme je te rejoins dans ces mots ! D'ailleurs, je viens de prendre ma dose avec mon 18 mois ;) Qui lui aussi est un vrai milk junkie ! Et ne me parlez pas de préparation artificielle ou de sevrage, ça m'est impossible aujourd'hui ! 31 mois l'allaitement au compteur et on continue !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ah ah ah pareil elle s'est endormie dessus :) trop bon!

      Supprimer
  9. Un joli article plein de sincérité.
    On retombera toujours dans le débat des pro ou non allaitement, mais en fin de compte c'est toi en tant que maman qui juge ce qui est bon pour tes enfants. En tant que père par contre, je n'ai pas eu la chance d'allaiter, mais ma femme a fait son possible pour nos enfants. Elle regrette juste de n'avoir pu faire plus.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh mais t'es trop toi! Toujours le bon mot pour dédramatiser un billet ;)
      Je vous embrasse surtout ta dame <3

      Supprimer
  10. Très chouette cet article d'une maman qui a "testé" les deux méthodes... Je suis allaitante depuis presque 2 ans maintenant, et si je ne ressens plus vraiment ce shoot de bonheur et de bien-être, c'est toujours une relation magique de tendresse ! Et moi aussi, je me dis toujours que c'est dommage quand je vois un nouveau-né au bib (je ne connais pas le contexte, je ne juge pas, j'ai juste cette impression que maman et bébé loupent un truc !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà c'est tout a fait ça. Je ne juge pas j'ai biberonné moi même mais je ne peux pas m'empêcher de penser: mais vasy sors ton nichon tu vas voir comme c'est bon! MDR

      Supprimer
  11. Hello ^^

    <3

    Ici ma lutine vient d'avoir 2 ans et je continue de l'allaiter. Là au moment ou j'écris elle vient de s'endormir au sein, elle est sur moi et je vais aller la mettre dans le lit tranquillou. Parfois elle tetouille puis hop, se rendort.

    Je ne me vois pas arrêter de l'allaiter maintenant sauf si c'est elle qui vient à se sevrer toute seule bien sûr, ce serait pour nous la plus belle façon d'arrêter, mais sinon on continu ! (avant les bon/moins bons cotés parfois) mais toujours <3 !!!!

    Bel article :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je viens de recoucher ma petite après sa heuu xxx tétée. Je suis explosée mais bien dans ma peau. C'est tellement simple :)
      Comme toi pour le sevrage mais pas trop tôt j'espère :)

      Supprimer
  12. je suis bien d'accord avec toi, j'ai allaité mes 3 premiers et le petit dernier de 9 mois y est toujours et en exclusif. Par contre je commence à lui présenté des compléments à base de purée car il faut l'avouer je suis rincée, exténuée physiquement et lui me réveille plusieurs fois la nuit pour téter. Profite bien de ton allaitement !!

    RépondreSupprimer
  13. Bonjour! quel bonheur ton petit texte! Enfin quelqu'un trouve les mots qui me manquent pour qualifier mon allaitement! Ma fille a 21 mois et je l'allaite toujours matin, soir et jours difficiles ( gastro, rhumes, angine...) ( complété par du solide et des bib chez la nourrice)! Une vraie extrémiste! Dès qu'on me parle d'arrêter je pense aux produits industriels hyper chimiques.... et je continue!!!! De toute façon, maintenant, c'est elle qui me réclame en disant tétée et en me ramenant au fauteuil! C'est vrai, j'ai du mal comprendre que l'on puisse choisir de louper ça!

    RépondreSupprimer

Une bouteille à la mare?