mardi 5 mars 2013

Le maternage c'est aussi une affaire de père.

Quand j'ai accouché il y a maintenant trois ans de mon fils ainé juste après le tout premier peau à peau. Pendant ce premier face à face alors que je découvrais ses yeux pour la première fois on m'a posé une question à laquelle j'ai répondu sans y réfléchir plus que ça. C'était:
-Vous voulez allaiter?
Et j'ai répondu: -Oui.

C'était tout simple. Je ne me suis pas demandée si j'y arriverai. Si j'aurai mal ou assez de lait. Je ne connaissais rien des positions à adopter. Je ne savais rien des débats maternage/biberonnant. Non je me disais juste que ce serait sympa d'allaiter.

A la maternité j'ai donné la sucette à mon fils au bout de 2 jours. Pourquoi? Je serai tentée de répondre pourquoi pas? Mais la raison toute simple était que j'avais les tétons en sang. Il avait un énorme besoin de succion alors je lui ai donné la sucette.
Je n'ai jamais considéré cette sucette comme un bouchon à bébé. Je n'ai pas pensé que cela pouvait le pousser à refuser plus tard le sein. Je lui ai donné car il en avait besoin.


Plus tard de retour à la maison c'est tout naturellement que je me suis mise à tirer mon lait. J'avais besoin de sortir sans mon fils. De retrouver mon autonomie au plus vite. Son père étant présent je ne voyais pas pourquoi me priver. Je m'assurais qu'il y avait assez de lait au frais et papa prenait le relais. Nous n'avons pas eu besoin d'en discuter ou de trouver des compromis. Allaiter ne signifiait pas pour moi rester coller à mon enfant 24/7.

J'avoue que dans nôtre vie de tous les jours j'y allais au feeling. Nous pratiquions le cododo par facilité parce que c'était plus simple de nourrir le petit au milieu de la nuit sans avoir à se lever.
Mais il dormait sur son père et non à coté de moi. Pourquoi? Parce que c'était l'endroit qu'il appréciait le plus pour s'endormir la nuit. Il a dormi sur le torse de son père jusqu'à ses 6 mois.

Nous avons beaucoup fonctionné au pif et à l'instinct. Chacun trouvant sa place sans stresser ou culpabiliser. J'avoue en regardant en arrière que mon expérience aurait été toute autre si à cette époque je lisais des blogs de maman.
J'ai découvert le mot maternage plus d'un an après la naissance de mon fils. Forcément je n'ai jamais vraiment compris tout ces débats autour de ça. Quand on agit à sa façon et que tout se passe bien on comprend mal après coup la pression exercée pour faire comme ci ou comme ça. Après je peux comprendre que certaines aient besoin d'être "guidées". C'est normal.

Ce qui me dérange le plus dans tout cela c'est la maigre place laissée au père dans le maternage. Je pense que mon mari se serait vite senti lésé si j'avais à l'époque agit comme il est préconisé à droite à gauche. Aurait il pu profiter de ces longues heures avec son fils sans moi dans les pattes? Aurait il pu dormir avec son fils dans les bras? Non bien trop dangereux pour certains. Aurait il pu se faire sa place de père avec une mère omniprésente ou du moins une place si importante?

Aujourd'hui je peux le dire il existe un lien spécial entre mon fils et son père. Sur moi il ne s'endort jamais alors qu'il suffit que son père le berce 5 minutes pour qu'il s'apaise et s'endorme. Ils ont des codes, des jeux que je ne partage pas. Nous avons chacun notre petit monde à nous à ses côtés et j'aime ça. J'aime sentir que mon époux à autant d'importance que moi. J'aime savoir que je peux m'en aller tranquille et que tout se passera bien.

Je pense que le maternage n'est pas qu'une affaire de femme, de mère. Que si nous avons la chance de pouvoir partager les choses avec nos conjoints il ne faut pas hésiter. Un papa aussi peut materner tout aussi bien qu'une maman. J'aimerai tellement que lors de mon prochain accouchement on pose à mon mari la question:
-Vous allez allaiter?
Ce serait génial!


 Les Pavés c'est aussi chez:
La Mélodie des Jours, Wonderwoman or not?
La Nouvelle Eloïse, Alessandra Martinez est une menteuse... aussi.
Dans la Peau d'une Educ, 1121 euros.

Rendez-vous sur Hellocoton !

10 commentaires:

  1. Même si je suis persuadée que la mère garde un lien privilégié avec son enfant (sinon quel intérêt de le porter et de supporter les douleurs de l'accouchement???) mais en effet, le lien avec le papa reste à créer et de belles histoires de papas qui maternent sont à construire et à vivre! Bravo Papa Canard!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est tellement heureux de faire des trucs sans moi que je n'imagine même pas comment ça aurait été si je l'avais privé de ça.
      Lien privilégié je ne sais pas. Dans mon couple j'ai l'impression que pour mon fils nous sommes justes complémentaires. Il n'y a pas de grande différence. C'est difficile à expliquer ^^
      Bises

      Supprimer
  2. Comme j'aimerais que mon chéri soit maternant....! Nan, ici c'est maman et c'est tout =/ J'ai allaité, j'ai tiré mon lait au début, mais peu de participation de papa, pas de cododo, mais un berceau à côté du lit, au début près de mois puis après on a déménagé, et à côté de papa. Par contre, toutes les nuits, il se réveillait avec moi. Quand je tirais mon lait et qu'il fallait que je descende pour aller chauffer le lait, il restait avec lui, le berçait, et quand on a déménagé, c'est lui qui me le donnait.

    Je ne me leurre pas, je sais bien que ça sera la même chose pour notre bulle, ça ne me dérange pas à la rigueur, j'aimerais juste qu'il joue plus avec son fils qu'avec son pc.... Mais ça viendra, le doudou grandissant x)
    Toujours est il que je me suis toujours écoutée également et a priori ça a plutôt bien marché aussi ! Je compte bien faire de même avec ma Bulle, d'autres choix sûrement, mais m'écouter toujours ^^


    Un très beau pavé en tout cas et un papa Canard au top !

    ( et ça me rassure de voir que je suis pas la seule à avoir eu un 'faux' nouveau né ! XD [je parle de taille hein, pas genre t'as eu un poupon en plastoc... XD])

    Jte bisous la Cane ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui! Tu as noté la taille de mon volatile! 59cm un géant! J'ai halluciné quand on me l'a posé sur la poitrine :)

      Merci pour ton partage Mme Bulle, il fait à sa façon ton Mr Bulle et surement comme tu dis qu'en grandissant ça changera. Il en fera plus. Ils ne sont pas tous à l'aise avec les minuscules ^^

      Bisousss

      Supprimer
    2. Déjà que quand j'ai eu le mien, de 54cm, j'ai halluciné, alors j'imagine pas toi ... XD en même temps, on m'avait dit 'petit bébé, genre 50 cm, mais plutôt gros'. Donc je m'attendais à tout sauf à un géant quoi... XD

      Mais oui, en effet, il n'est pas à l'aise avec les tous petits, mais c'est pas grave, je suis très possessive de mes bouts et j'aime les sentir avec moi, donc c'est pas si dramatique... XD (sauf maintenant qu'il est encore plus géant, que je suis enceinte et qu'il veut que je le porte tout le temps et/ou m'escalader... XD)

      Supprimer
    3. ah ah ah! Pareil ici :) Je suis pressée de pouvoir recommencer à le porter comme je veux. Il est frustré mon pov bébé. Cela me brise le cœur!

      Supprimer
  3. Et je suis certaine que s'il le pouvait, il le ferait.
    De même que l'accouchement.
    Ce n'est pas le seul dans son cas. Et c'est très touchant de la part de ces papas qui se sentent parfois un peu à l'écart malgré tout, car il y aura toujours des choses qu'ils ne pourront jamais connaitre.

    RépondreSupprimer
  4. Bel article, plein de vérités :)
    et quelle belle place celle de ton mari :)
    Et comme vous aviez raison de vivre tout cela au feeling ;)

    Pour notre dernière (et seul enfant biologique du couple, famille recomposée) , je peux dire, que nous étions enceinte, mon époux et moi, nous avons été malade ensemble, nous avons accouchés ensemble, nous avons allaités ensemble, nous pratiquons le cododo pour les même raison et rajouterais que l'affectif y est pour beaucoup. Notre fille est hyper dynamique, très indépendante, et hyper épanouie :) ! nous avons chacun notre place de parent, et elle ne lèse ni l'un ni l'autre, et nous avons ce lien particulier chacun de notre côté avec elle ! du pur bonheur ;)
    je me retrouve dans ton article. Je le ferais lire à mon mari
    Bonne journée.

    RépondreSupprimer
  5. C'est exactement ma réflexion du moment : je trouve qu'on ne laisse pas suffisamment de place au père au moment de l'arrivée au monde d'un enfant. Mon Homme a pourtant été très présent après la naissance de notre 1° fille : comme elle avait du mal à dormir la nuit, il s'en occupait entre deux tétées. Puis, les premiers mois, comme j'avais une peur bleu de lui donner le bain, c'est lui qui s'y collait.
    Il joue également beaucoup avec elle, la change le matin car c'est lui qui la dépose à la crèche etc...
    Quand je vois mes amies dont le conjoint est quasi inexistant pour s'occuper des enfants, j'enrage pour elles !

    RépondreSupprimer
  6. Ca fait du bien de lire ça ! De sortir de ces stéréotypes éculés sur l'image du père. Merci ;)

    RépondreSupprimer

Une bouteille à la mare?