vendredi 20 juillet 2012

Une mère est l'esclave enchantée de ses enfants.

"- Je voulais montrer à mon enfant qu'une mère n'est pas qu'une poupée qu'il faut embrasser bon gré mal gré. Je voulais dire à Christian que j'étais bonne, forte, vaillante, industrieuse, ingénieuse, intrépide, digne d’intérêt et, peut être même, d'étonnement. J'ai voulu lui dire qu'une mère est l'esclave enchantée de ses enfants. (...) J'ai essayé de vous éblouir, comme un bateleur qui cherche de l'emploi. Et ça n'a pas abouti." Réjean Ducharme, L'Avalée des avalées.

Ce roman était un peu perdu dans ma bibliothèque. Un rescapé de ma phase littérature québécoise. Je suis tombée nez à nez avec lui en faisant mes poussières. Je ne me souvenais plus de l'histoire. Une honte. Je me suis donc résolue à le relire et ce passage m'a la semaine dernière sauté aux yeux comme une grenade dégoupillée.

Alors que tout du long le roman est mené par la narratrice-héroine Bérénice en conflit permanent avec sa mère cette femme trop belle, trop froide qu'elle ne peut se résoudre à aimer. A ce moment du roman nous assistons enfin à un dialogue entre la mère et sa fille devenue presque femme. Enfin quand je parle de dialogue c'est surtout la mère qui (enfin) s'exprime, exprime sa vision de la maternité et de l'image qu'elle eut voulu que ses enfants eussent d'elle.


Aussitôt j'ai repensé à ma mère et à toutes ces activités "magiques" qu'elle nous proposait à ma soeur et moi. Des gouters magiques avec des recettes toujours plus surprenantes. Des chasses au trésor. Des pique nique improvisés. Ces anniversaires et ces noëls... Et puis j'ai pensé à moi et mes amies à tous nos efforts nous mamans pour faire briller les yeux de nos enfants. Ces sweet table qu'on dirait réalisées par des professionnels. Ces costumes cousus main. Ces sorties programmées à la minute près... Tous ces efforts...


Oui le mot est fort mais nous mamans sommes bien des esclaves enchantées. Sans cesse à la recherche de la chose, du présent parfait. Toujours voulant épater notre enfant, cherchant dans ses yeux de la fierté? De l'amour?
Oui je ne suis pas juste celle qui l'a mis au monde et qui le berce. Je suis et je veux être la plus importante pour lui. Je veux qu'il m'aime et qu'il ait besoin de moi. Mon enfant.

Le mot est lâché. "Besoin". J'aurai donc besoin qu'il ait besoin de moi. Que son amour me soit du? Que mes efforts payent? Son amour serait donc non pas une évidence un sentiment inné mais une rétribution à mon travail de mère? 

Que se passe t il quand on échoue? Comme aux 12 coups de minuit le carrosse redevient citrouille. La fée se change en sorcière. Amour devient haine. Attraction répulsion.

Réponse de Bérénice à sa mère:

"- Je ne veux pas que tu m'aimes! Christian ne veut pas que tu l'aimes! Nous ne voulons rien de toi. Nous n'avons besoin de rien. Nous ne voulons rien accepter de toi. Nous ne voulons rien te devoir. Nous ne voulons rien devoir à personne. Nous n'avons pas besoin de toi."

Les Vendredis Intellos fêtent leurs un an.

Même si je ne suis pas très assidue je suis très fière de faire parti des neuronneuses. Longue vie aux VI !!!

10 commentaires:

  1. La reponse de berenice est assez affreuse mais peut etre a t-elle eu besoin de tuer la mere pour avancer . Je croise les doigts pour ne jamais entendre ca :)) Ca me donne quand meme bien envie de lire cette dame quebecquoise .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou ^^
      La réponse de Bérénice est affreuse! Elle est elle même une personne affreuse. Je te conseil ce roman. Un peu difficile à aborder. Les mots et métaphores sifflent comme des flèches. Mais il a failli remporter un Goncourt c'est (donc?) un excellent roman ^^
      Bises

      Supprimer
    2. En y reflechissant je pense qu'etant ado j'ai pensé des choses approchantes , maman lache moi, je n'ai besoin de personne etc et sur le coup on ne se rend pas compte , on est con à 15 ans , à 20 ou 30 aussi . On se rend compte de qui on etait , de ce que maman a fait pour nous seulement qd nous devenons mere à notre tour :)
      Ahhh il m'a fait cogité cet extrait ... Ptete parceque je my suis reconnu contre mon gré

      Supprimer
    3. On est pas con ^^ On veut s'affranchir et comme on sait pas comment faire on dénigre.
      Je m'y suis reconnue mais je n'en ai pas honte. Même si un jour il m'envoie bouler j'aurai savouré quelques étoiles dans les yeux de l'enfance :)
      Crazy

      Supprimer
  2. Merci pour cette découverte, je vais peut-être attendre un peu avant de me confronter à cette lecture mais dans quelques mois pourquoi pas...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui très bon livre! Mais assez difficile à aborder! L'auteur est doué pour les métaphores exacerbées et les envolées poétiques...
      Tu me diras j'espère ;) Bises

      Supprimer
  3. OOOOHHHH comme cet extrait me fait penser aux relations que j'ai pu avoir avec ma mère... OOOOHHHH quand je me reconnais dans les propos, certes pas très cools, de Bérénice...
    Je me rappelle mon anniversaire des 16 ans, pour lequel j'avais invité des ami-e-s...ma mère avait tenu à passer la journée précédente aux fourneaux alors que j'aspirais à l'indépendance culinaire qui s'appelait chips/pizzas surgelées... quand mes amis sont arrivés, ma mère était là avec tous ces plateaux... l'air de vouloir être aimée, l'air de vouloir précisément être l'esclave enchantée que ce bouquin semble décrire... et moi j'avais juste envie de l'étrangler!! ;)
    Quant à prétendre que je saurais faire mieux qu'elle auprès de mes enfants, je ne m'y risquerai pas!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'anecdote parfaite! Ma mère en est encore là 29 ans plus tard.
      Malheureusement je ne suis pas meilleure. Je prends dangereusement le chemin de Chamomor (surnom de la mère donné par la fille) sans avoir jamais été une Bérénice.

      Supprimer
  4. Pour ma part, j aurais pu tenir ces propos ... Mais enfant je n ai ressenti aucun amour ou bon sentiment de ma mere. Elle me repetait sans cesse que je la decevais et de mon enfance je ne vois que son visage haineux et moi je ne cherchais que son amour, en vain !
    Encore heureux que la bonne fee m ait donne un gentil papa poule ;)
    Je suis maman a mon tour de 2 merveilleux loustics et il ne se passe pas un jour ou je ne leur montre tout mon amour.
    Peut etre maman esclave mais ca me plait et je suis comblee ♥♥♥
    Fidele a elle meme, mes relations avec ma mere sont au plus mal mais je m en moque puisque je n ai plus besoin d elle !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de ton témoignage. C'est dur ce que tu dis. Tu as du beaucoup en souffrir. J'espère et suis persuadé qu'aujourd'hui tu reçois tout l'amour dont tu as manqué.
      Bises a toi et a tes loustics ^^

      Supprimer

Une bouteille à la mare?

Les anges ont la peau douce, test et avis

J'adore les soins du visage. Mais j'aime encore plus les soins de luxe en institut. Un fauteuil confortable, des mains douces et ex...