mercredi 18 juillet 2012

Faut arreter de dire des conneries...La vérité sur l'épisio! -2

J'ai écrit ce billet il y a presque un an. Sur le coup de la colère. Un soir d'orage. En vacances en Martinique suite à la vue de la une d'un magazine. Une une qui m'avait fait bondir, bouillir d'indignation.

Faut arrêter de dire des conneries... La vérité sur l'épisio!

L'épisio...
Vaste débat. Comme l'allaitement. Comme le maternage. Comme le portage.
Ces sujet enflamment et suscitent de violents débats.
Violents car tout le monde veut avoir raison. Tout le monde y va de sa petite histoire. De son petit accident. Et tout le monde se veut le garant de la vérité. Je suis comme tout le monde. J'ai raconté mon histoire.
 Aujourd'hui je peux vous le dire. Ce billet est chaque jour lu par plus de 120 personnes. Elles arrivent sur mon blog avec des recherches de ce type:

-Episiotomie ratée
-Douleur épisio
-Je pourrai remettre des string après épisio?
-Episiotomie qui fait mal...

Aujourd'hui j'ai eu la surprise de recevoir un commentaire sur ce billet. Émanant d'une sage femme.
Très gentille, contrairement à sa collègue qui avait tenu des propos d'une agressivité et d'une vulgarité déconcertante. Elle m'a amenée à relire ce billet avec le recul nécessaire.

Je me suis posée des questions. Étais je allée trop loin à l'époque? Et pourquoi?

Mon épisio a moi a été réalisée à la va vite par un médecin et pas par une sage femme. Elle a reconnu elle même plus tard que c'était un travail de sagouin réalisé afin "d'en finir". Oui malheureusement cela existe.
Je me souviens de mon état d'esprit quand j'ai écrit ce billet. Ce qu'il faut savoir (et que je n'ai pas dis à l'époque) c'est que j'avais derrière moi 3 années de tentatives infructueuses afin d'avoir un enfant. 5 fausses couches. Et que ce bébé, cet accouchement, je l'attendais. Je voulais le vivre à 100%.
Au lieu de cela on m'a charcutée et on n'a à aucun moment pris en compte mon droit à "vivre" mon accouchement.
Je souffrais depuis 3 heures du matin. Sans que personne ne m'explique rien. On m'a déclenchée à 17 heures puis abandonnée seule en salle d'accouchement.

Puis d'un coup il est tard. Je suis la depuis trop longtemps. On essaye de réveiller mon bébé en me secouant le ventre sans ménagements sans prévenir. Puis on décide d'accélérer les choses.

Sans péridurale: Episio, déchirure, forceps, afin de sortir mon fils. Puis recherche des morceaux de placenta à 4 reprises. Et recousue à vif! Une bête à l'abattoir eut été mieux traitée. Je me relis et je vois que finalement j'étais restée soft. Sans parler des suites de couche abominables. De la nécessité de tout refaire quelques mois plus tard car recousue trop serrée...


Au delà de tout ce qu'on pourra me dire après coup. Je ne retiens qu'une chose. Vous (les équipes médicales) m'avez volé mon accouchement. Et je n'en ai fichtrement rien a foutre de savoir que pour certaines ça se passe bien!!!!

44 commentaires:

  1. Outch. Ton pavé fait mal. Pas que je sois de ceux qui t'ont volé ton accouchement (sans dec!) ou un membre de personnel médical.
    Nan, ça fait mal, parce que je sens la colère et la tristesse, et ça, bah voilà... Pis tu mâche pas tes mots non plus =p
    J'espère que tu parviendras à faire ton deuil ou du moins à accepter, et que si d'aventure, tu acceuilles un autre canard, tout se passera bien pour toi !

    Des bisous à toi, la Mère cane !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis en colère. Dès que j'en parle dès que j'y pense je suis en colère. A chaque nouvelle fausse couche je suis en colère. Une femme qui accouche n'est pas une bête. Je ne sais pas si je pourrai faire le deuil. Ce sera peut être ma seule et uniques expérience. Malheureusement.

      Supprimer
  2. Je me souviens de ton billet. Je n'ai pas encore eu d'enfant mais je ne veux pas vivre ça! Merci d'en avoir parlé car grâce à toi je sais que le jour venu, j'aurai la force de dire non!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Kiara! Tu vois ces mots là ils me font du bien! Savoir qu'au moins ça n'arrivera pas a quelqu'un que j’apprécie parce que je me serais tue ça me soulage.
      Bisous.

      Supprimer
  3. Je te comprends. L'accouchement volé, etc... Equipe médicale inhumaine au possible... On nous dit qu'on oubliera vite mais pour moi c'est encore très frais dans mon esprit!
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On oublie rien. Surtout quand c'est injuste. Oui je ne suis pas handicapée mon fils est en parfaite santé mais j'aurai toujours "ça" en mémoire.

      Supprimer
    2. Pfffff! C'est pas évident et je vois tout à fait ce que tu veux dire! J'éprouve vraiment une rancoeur principalement envers l'équipe qui s'est "non"occupée de moi! Une epérience comme cela laisse des traces et la famille et les amis ne saisissent pas forcément pourquoi tu éprouves des craintes à envisager une seconde grossesse (et donc un second accouchement qui peut (je dis bien "peut") être aussi abominable!)

      Supprimer
    3. C'est exactement ça! Et puis sans parler de la culpabilité qu'on ressent. Je me demandais si ce n'étais pas ma faute. Si j'avais mal respiré ou pris une mauvaise posture! Je rapportais cet échec à mon ignorance. Il a fallut que j'en discute avec ma gynéco pour comprendre que non je n'étais ni folle ni ignorante. J'avais juste subit un traumatisme suite à la violence de mon accouchement. Elle a tout décortiqué et a essayé de réparer mon corps. Mon esprit c'est la doula qui m'accompagne aujourd'hui qui le soigne petit à petit. Grâce à elle je n'ai plus peur d'une seconde grossesse mais ce sera un accouchement différent c'est certain!

      Supprimer
    4. Moi je vais parler "cru" mais j'ai la TROUILLE de revivre l'horreur que j'ai vécue alors que j'adorerais être maman d'un second enfant mais fracnchement ces salauds ont brisé quelquechose et comme tu le dis m'ont traumatisée. Je ne peux pas dire, comme toi, malheureusement, que je vivrais un autre accouchement car le mien, après des heures de souffance, s'est terminé par une césarienne d'urgence pratiquée de façon inhumaine et atroce. le problème est que lorsque tu as subi une "C" tu as de grandes chances d'en resubir (je choisis mon mot lorsque j'emploie le terme SUBIR et tout comme toi je me fiche de celles pour qui la césarienne était "géniale" , "superbe" et sans aucune séquelles physiques ou psychologiques... ce n'est pas mon cas!) une car ton utérus est "cicatriciel"... bref, cette hantise d'avoir de nouveau une C me donne des sueurs froides!

      Supprimer
    5. Même si le débat date un peu, je confirme qu'il se passe des choses inhumaines lors d'un accouchement qui traumatisent durablement. Pour moi césarienne d'urgence en mode abattoire également. Ce moment où on n'est plus traitée comme un être humain, qu'il n'y a plus que douleur et hurlements, et que le personnel autour de vous ne vous calcule même plus car il y a un bébé à sauver. Que ça se passe mal, je peux le concevoir, mais qu'il n'y ait aucun débriefing, aucune excuse, aucun suivi du traumatisme, ce n'est pas professionnel. Paye ta dépression post partum et ton suivi psychologique par la suite. Maintenant, quand on me demande "à quand le deuxième", je ne comprend pas pourquoi on me veux autant de mal, me faire retourner à l'abatoire, c'est cruel, non? Bien sûr, les gens ne peuvent pas savoir... je ne raconte même plus mon accouchement 2 ans et demi après.

      Supprimer
  4. j'avais déjà témoigné dans ce billet là et mon accouchement de mon premier a été pareil....idem au tien j'aurais pu écrire pareil: sans péridurale, après 33h dans cet hôpital, forceps, énorme épisio, récupération manuelle du placenta (j'ai crié si fort que mon mari s'est demandé si je n'accouchais pas une nouvelle fois !), puis recousue à la va vite à vif ...bref j'ai souffert le martyr et j'en souffre encore car malgrè mes deux autres accouchements (qui se sont passés super bien...) je le sens encore et cela me gène en position assise...bref, je trouve que les équipes médicales ne communiquent pas assez avec nous et qu'elles disposent de notre corps (finalement sans notre permission)....j'ai un dernier conseil notamment pour celles qui n'ont pas accouché (prodiguée en plus par une sage femme) surtout si on vous appuie pour faire descendre le bébé: hurlez fort même si vous n'avez pas mal, car il y a risque de descente d'organes....ce jour là j'ai subi mon accouchement mais c'est la seule chose que j'ai faite quand elles se sont mises à deux pour soi disant faire descendre mon bébé...je crois heureusement car en plus de mes séquelles actuels, j'aurais pu avoir pire : je me demande à quoi pensent ces SF en faisant ça, ont elles conscience de ce que cela peut provoquer ???

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'imagine que oui elles savent. Ils savent. Mais au final que pouvons nous faire après coup? Quels sont nos recours? Rien. Des dossiers trafiqués (le mien l'est). C'est juste écœurant.
      J'avais lu ton récit et oui effectivement tout est pareil. Comment peut on nous accuser de fabuler?

      Supprimer
    2. Ouah ça fait froid dans le dos ce que tu racontes là! Chez moi le placenta est venu tout seul, mais ce sont des barbares qui t'ont fait ça!

      Supprimer
  5. Je ne comprends même pas que le personnel médical, même s'ils manquent de temps, de moyens, etc, soit aussi inhumain. C'est inadmissible, aberrant. J'espère qu'un jour, ton coeur s'apaisera

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu me crois si je te dis que je les ai tous maudits?
      Bref... la colère est encore là après 2 ans.

      Supprimer
  6. amel, deux naines18/07/2012 21:44

    Ton pavé me touche en plein coeur. On y sent toute la douleur, toute la colère qui a été (qui est?) tienne...Et je la partage. J'ai le grand bonheur d'avoir vécu deux accouchements, et l'immense chance que le 2nd ait été complètement différent du premier.
    Premier accouchement, Gynéco qui manipule avec talent ma peur de Primipare et me force la main pour me faire déclencher 10j avant le terme sans raison médicale apparente...à l'époque, tout m'inquiétait, c'était si nouveau, je ne voulais pas me faire déclencher, mais IL m'a fait miroiter le spectre d'un accouchement horrible car mon terme tombait pendant ses congés et il serait donc absent... Déclenchement, péridurale qui fonctionne pendant 1h puis à moitié puis plus du tout, Gynéco juché sur un tabouret écrasant mon ventre de toutes ses forces (j'ai eu des ecchymoses pendant au moins un mois), épisio à vif, bébé qui au final ne respirait pas...Et l'immense surprise 20 mois plus tard, en récupérant mon dossier pour ma nouvelle grossesse car nous déménagions, de lire que rien de tout cela n'avait été noté...Si on s'en tient à mon dossier, j'ai eu un accouchement parfait avec un bébé en pleine forme immédiatement...
    J'ai mis des semaines à pouvoir m'asseoir, 6 mois à pouvoir avoir des rapports sans pleurer, et 1 an à retrouver une vie sexuelle normale. Un traumatisme.

    Puis le deuxième accouchement, autre maternité: pas de déclenchement hors raisons de santé, accompagnement dans l'écoute, un accouchement ultra zen, certes une péridurale qui ne fonctionne toujours pas, mais pas d'épisio, la sage femme a fait confiance à mon corps et l'a respecté...5 minutes après, je pouvais danser! Je suis depuis réconciliée avec l'accouchement, et le personnel médical...Comme pour tout, il y a des incompétents, des cons, au sein même d'une maternité, tout peut dépendre du personnel de ce jour là...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et voilà un dossier trafiqué. C'est dingue.
      Parfois je me demande pourquoi? Et je ne trouve pas de réponses. Je ne comprends pas.
      C'est injuste!

      Supprimer
  7. J'ai mal au coeur pour toi quand je lis ton témoignage... je fais partie des quelques 120 lecteurs qui ont googlé "episio" et ton expérience m'a été utile. J'ai compris qu'il fallait se montrer ferme pour garder les rênes de son accouchement, qu'il fallait parler de ses attentes avant, et pour l'épisio, j'ai tenu à ce que la sage-femme me dise avant de le faire qu'elle allait pratiquer une incision. Elle a été surprise parce que "d'habitude on ne prévient pas." Oui mais si je te demande de me prévenir, tu vas réfléchir avant de pratiquer ce geste, madame ! et devine quoi ? elle ne me l'a pas dit. Mais heureusement, c'était une toute petite épisio et justement, elle m'a recousue à la perfection. Je pense qu'en ayant mis l'accent là-dessus, elle a pris plus soin de cet acte. Alors... merci, mère Cane !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. De rien. :) Je suis heureuse pour toi et ton bébé. Parce que une maman qui souffre c'est une maman moins à l'écoute. Et le bébé ressent notre stress.
      Effectivement. Je sis persuadée que de voir une future mère avertie cette SF à mieux pensé son geste. Elle n'a rien dit mais ta réflexion a du la faire réfléchir.
      J'espère que cela servira pour ses patientes suivantes.
      Félicitations à toi et vraiment de rien. J'espère un jour pouvoir appliquer mes conseils.

      Bises

      Supprimer
  8. C'est par cet article que je t'avais découverte d'ailleurs! Moi j'étais partagée sur l'épisio: au 1er on m'en avait fait une et je les avais pris pour des charcutiers, des douleurs immenses pendant 1 mois! Et au 2ème, on ne m'en a pas fait: déchirure complète car bébé de 4,8kg. J'ai des séquelles "sphinctériennes" aujourd'hui qui sont irréparables, alors que si on m'avait fait une épisio ce coup là au lieu de laisser se déchirer, je n'en serais pas là.
    Une épisio est un acte médical qui a son utilité mais dans des cas précis merde, arrêtez de la pratiquer à tout va pour finir le boulot plus vite!
    5 fausses couches, je ne savais pas, ça a dû être dur.
    Des bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est dur. Aujourd'hui j'en suis à 9 fausse couche. Mon corps est fatigué et abimé. Je suis épuisée. C'est douloureux. Je m'accroche mais quand je repense à mon unique accouchement ça me fout encore plus les boules car je me dis que ce sera peut être le seul qe je connaitrai et qu'il est nul atroce horrible. Que je n'ai même pas pu faire de peau à peau ou parler avec mon bébé. Que pendant des heures les seuls sons qu'il a entendu de sa maman ce sont des cris. J'ai honte alors que je n'ai rien fait et je suis triste et je pleure.
      Désolée mais fallait que ça sorte. Je crois que j'ai besoins d'un bon calmant ce soir.
      Bisous Marilou

      Supprimer
    2. Je suis de tout cœur avec toi. Je te souhaite plein de courage car maintenant il faut arriver à se dire: "bon, ça s'est passé comme ça et je ne peux rien y changer, ce n'était pas ce que j'aurais voulu vivre mais c'est comme ça, et en attendant j'ai un beau caneton!". Faire le deuil de ce que tu aurais voulu quoi. Je comprends tout à fait qu'il fallait que ça sorte, allez haut les cœurs!

      Supprimer
  9. C'est la première fois que je passe sur ton blog...
    C'est vrai que ce billet fait mal... au delà de l'aspect "chirurgical" par ce manque de "l'accouchement rêvé, souhaité, imaginé pendant 9 mois...". Je te souhaite un autre bébé avec un accouchement comme celui que tu désirais tant... j'en fais partie aussi de ces femmes qui n'auront que rêvé la naissance de leur enfant... autrement... mon seul accouchement s'est passé bien tristement... grossesse rêvée et puis un jour ... à 34 semaines... de grosses douleurs... un bébé qui ne bouge plus... tout s'accelère... je vais voir mon médecin traitement qui m'envoie à l'hopital d'urgence (soit disant pour faire une écho de contrôle, le lâche il a laissé à l'équipe de l'hopital le sale boulot de m'annoncer la mauvaise nouvelle !)... j'habite une ville universitaire, 20 personnes m'attendent... et on m'annonce au bout de 10 minutes d'un dialogue entre eux incomprehensible pour moi "pour votre bébé c'est trop tard, pour vous il faut faire très vite...." bref on me laisse dans une pièce accoucher sans aide, sans anesthésie quelle qu'elle soit (déjà que le bébé ne cherchait pas à sortir alors moi j'avais tout à faire...) bref après des heures horribles de solitude et de douleurs j'ai mis au monde un petit garçon malheureusement décédé... et puis de nombreuses fausses couches après, la découverte d'une maladie auto-immune, des grossesses très suivies mais pour éviter l'hématome rétroplacentaire à nouveau césarienne par anesthésie générale pour mes deux filles (eh oui j'ai quand même eu la chance d'avoir des enfants j'en suis bien consciente !). Mon petit dernier a 4 ans depuis peu, j'avais tant espéré de cette dernière grossesse où l'on m'avait promis une anesthésie locale pour pouvoir accueillir mon bébé... et là c'est mon petit loup qui a fait des complications... pas d'accueil... pas de bébé posé sur mon ventre comme j'en rêvais... et aujourd'hui j'ai 45 ans et je n'arrive pas à faire le deuil de cette journée dont j'avais tant rêvé... pourtant je n'aurai plus d'enfant...
    J'espère pour toi d'autres suites plus heureuses...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci :/ Ton histoire a toi aussi elle fait mal. J'en ai pleuré. Des bisous à toi!

      Supprimer
  10. C'est pas moi qui te dirai le contraire ma belle, on m'a aussi volé mon première accouchement.

    Je te souhaite après ce que tu as vécu, uniquement le meilleur !!

    Si tu veux, quand le bonheur frappera à ta porte - très très vite je te le souhaite - contact moi, je connais une femme merveilleuse - celle qui a fait naitre ma deuz - qui saura trouver les mots et les gestes pour toi... et elle est en RP !

    bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mamananonyme je t'adore je te l'ai déjà dit? Non? ben je t'adore! J'ai déjà pris contact avec une femme formidable. C'est elle qui m'a aidé à faire les démarches auprès de la maternité. Elle qui a mis des mots sur ma douleur. Ce sera elle qui mettra au monde canard deux si il se décide à s'accrocher ^^
      Bisous

      Supprimer
  11. Coucou...
    Tu sais quoi? ca me met mal à l'aise de lire ca. Tu as raison, et je pense que meme encore 3 ans plus tard, tu ressentiras les memes choses. Serieux j'espere ne pas vivre ca dans ces prochains jours... déjà que ca fait partie d'un des trucs auxquels je compte faire attention que l'equipe médicale respecte! Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un femme avertie en vaut 100! Tu ne te laisseras pas faire. Et dis le bien à ton chéri: protège moi!
      La douleur n'est plus la même avant je n'étais que douleur, maintenant c'est plus de la rage. Un jour peut être ce seront des regrets.
      Bisous ma belle.

      Supprimer
  12. Ton billet me fait mal et pleurer. Je compatis grandement à ton accouchement douloureux et à ton envie de ne pas rester sur cette image. Je te souhaite de tout une nouvelle grossesse avec un accouchement à la hauteur de ce que tu souhaites !

    J'ai subi une épisio de force alors que j'avais émis le souhait de ne pas en avoir. Le sage-femme a accepté et a tout fait pour. Seulement un cowboy de gynéco est arrivé, et son premier geste a été le scalpel. Aujourd'hui je suis en rééduc' du périnée, et j'ai appris par ma SF que j'ai une "bride" qui risque d'être gênante pour la suite... J'ai les gynécos en horreur depuis. Sans parler de la peur bleue à l'idée du moindre rapport.

    Je suis scandalisée par l'irrespect de nos corps. Même si cela tend à changer au gré des rencontres que j'ai pu faire. J'ai remarqué que ce sont souvent les plus anciens dans la profession qui prennent le droit sur nous. EUX sont médecins. Toi, rien. Accouche, et en silence. Raaaah !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un jour ça changera... je l'espère. En tous cas en attendant je ne fous plus mes pieds dans une maternité!
      Bisous!

      Supprimer
  13. Pour beaucoup de médecins, l'accouchement est une routine, tout est fait machinalement et si ça coince, on charcute parce que ce soir y a foot à la télé b*rdel (Didi a commencé à pointer son nez une heure avant le début du mondial de foot et mon gygy n'est pas footeux, ouf) !
    T'es tombé sur la mauvaise équipe au mauvais moment, oui, ils t'ont volé ton accouchement. Peut-être que si tu as un deuxième, ce sera merveilleux (malgré les fausses couches, un deuxième peut arriver).
    Dans la clinique où j'ai accouché, on entend du "super top génial" et des "surtout n'y allez pas" et quand on écoute on perçoit quelques noms récurrents dans les top (Dina et mon gynéco en tête) et dans les pires (Dr La....)
    Mon épisio a été pratiquée car il n'y avait plus de contractions, sans cet accroc, elle n'aurait pas été pratiquée. Je n'ai pas eu de problème particulier, je porte à nouveau des strings depuis un moment et mon mari dit qu'elle est invisible. Par contre, j'ai saigné looooongtemps : suite et retour de couches dans le même mouvement Oo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme je l'ai dit je comprends l'épisio en général. Je comprends les actes chirurgicaux nécessaires.
      Ce que je ne comprends pas c'est ce que l'on m'a fait à moi et a quelques unes. C'est là que tout est différent. Les médecins adorent généraliser pour te faire avaler un truc. Mais quand tu demande et insiste sur ton cas... la c'est différent et dans mon cas vide de sens! Injuste!

      Bisous

      Supprimer
  14. Wouaw, il fait peur ce billet !
    Mais je te comprends complètement... Moi ça n'a pas été aussi difficile mais j'ai eu un obstétricien débile, qui faisait comme si je n'existais pas (il parlais de moi comme si j'étais pas dans la pièce ! Genre "non mais elle a pas mal là!"... très agréable !). Et j'ai eu une épisio, et j'ai mis du temps à m'en remettre...
    J'espère que pour le prochain ça se passera mieux.
    Et je te souhaite de tout mon cœur d'en avoir un autre, et que cet accouchement soit merveilleux... (si tant est que ce soit possible... !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Marjolaine, merci! Le coup du comme si je n'étais pas là! C'est dingue! Je ne vais pas recommencer à m'échauffer mais c'est vraiment scandaleux. On se croirait à l'âge de pierre...
      Je souhaite aussi pouvoir faire table rase. Ce sera sans médecins c'est clair même si pour ça je dois passer la frontière!

      Supprimer
  15. Je n'ai pas grand chose à dire de plus que ce qui a été dit... Si ce n'est que je n'ose pas imaginer la douleur d'une épisio, quand mes "petits points de sutures pour mieux cicatriser les éraillures" m'ont fait douiller... Sans avoir eu ce traumatisme, un mois 1/2 après mon accouchement je ne peux absolument pas forcer sur mon périnée, alors qu'est ce que ce serait...
    Ils n'avaient pas le droit de te voler ton accouchement, ni bien évidemment de te faire autant de mal (tant physique que psychologique pour le coup). Je te souhaite de tout coeur d'avoir un deuxième accouchement un jour, et de rêve !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Loupy.
      Un accouchement de rêve ^^ j'en rêve ^^
      Bisous

      Supprimer
  16. Que dire ?

    Je n'ai pas non plus d'enfants. Comme Kiara, cela dit, ton billet m'a donné le déclic : non, nous ne sommes pas des objets pour le corps médical. Et pas seulement lorsqu'il s'agit d'un accouchement d'ailleurs.

    Alors, grâce à toi, je suis plus "active" dans ma relation avec les médecins et je serai attentive à ce que mes envies et mes besoins soient respectés le jour J (si jour J arrive).

    Je t'envoie plein d'ondes positives, pour t'aider à surmonter cela, même si je suis consciente que cela ne sera pas très efficace !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Au conntraire "La Ronde" ce sont ces commentaire qui m'aident le plus. Me dire que quelque part les suivantes seront mieux armées et vigilantes!
      Bises

      Supprimer
  17. Pendant ma 1ère grossesse, ça a été ma seule hantise, l'épisio et/ou déchirure. En généralle je tient bien face à la douleur (en apprence) mais je suis chochotte un peu quand même. Ravie d'y avoir échappée, je n'y ai pas pensé pour ma 2ème grossesse, jusqu'à ce qu'on m'annonce le poids de mon fils. Comment un 4kg4 pourrait sortir sans bobo, surtout qu'il sortait le bras par dessus la tête. Et bien que nini, ouf!
    Ma pauvre, c'était loin d'être une partie de plaisir cet accouchement du coup, et les suites de couches aussi j'imagine! L'angoisse que ça se répète pour une 2ème grossesse doit te hanter, de quoi te la gâcher je suis sûre. J'espère que tu ne revivra jamais une telle épisio/déchirure!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis suivie par une doula et je ne pense pas accoucher de nouveau en maternité (sauf complication évidement je ne suis pas folle). Mais je sais que même si l'équipe est différente et respectueuse j'aurai toujours la peur que ça se passe mal. Je vais psychoter et me braquer alors que je désire tout le contraire. :/
      Bises

      Supprimer
  18. pour avoir accouché au même endroit que toi et pour en avoir parler en live avec toi , je te soutiens et valide ton article !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui nous en avions discuté :/
      La même maternité le même traumatisme.

      Supprimer
  19. Il y a encore trop de femmes qui vivent des accouchements traumatisants comme le tien, pas par faute des circonstances, de la vie, de la fatalité, de complications, mais entièrement par la faute des équipes médicales. Il faut en parler le plus possible, pour que toutes, nous soyons informées, et nous puissions nous défendre si nous tombons face à une équipe incompétente ou négligente. Ce qui ne signifie pas du tout que toutes les équipes le sont, évidement. Mais s'il en reste une, c'est encore trop.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Soyons vigilantes et conscientes. Respect envers les équipes médicales mais respect réciproque ce serait mieux.
      Bises

      Supprimer

Une bouteille à la mare?

Ma visite de l'usine Smoby Toys #blogtrip #jouetfrançais

Connaissez vous les jouets Smoby?  Je pense que nous les connaissons tous un peu. En tant qu'anciens enfants. Comme parents ou g...