samedi 3 mars 2012

Derrière les Murs la détresse.


Aujourd'hui c'est samedi. Je fais la grasse mat. J'hiberne. Et puis j'allume mon ordi. Je regarde les infos qui défilent et c'est le choc. Un titre parmi tant d'autres me ramène en arrière. Il y a 5 ans...

Ce billet qui m'interpelle relate le suicide d'un cadre de La Poste. Derrière lui, ce jeune homme qui s'est défenestré, laisse deux lettres accusatrices, visant sa hiérarchie mais aussi une femme et un enfant.
Vous pouvez le lire ICI.

Je suis glacée, j'ai envie de pleurer. Je me revois il y a 5 ans. J'étais Conseiller Financier à La Poste.
 Livide, amaigrie, pressée par cette effroyable machine. Hier soir encore j'en parlais à une amie. Mowgouaille! C'est terrible! Nous en étions arrivés au point de trouver ce Monde Pourri. Et cette info ce matin!

Je me souviens des objectifs sans cesses plus élevés. Du manque de considération de la personne. Ces heures supplémentaires jamais prises en compte. Arriver sans cesses plus tôt, partir toujours plus tard. Les sermons, les remises en questions de sa vie personnelle. Le manque d'écoute. La spirale infernale. Ce tunnel sombre dans lequel on s'enfonce chaque jour un peu plus.

Je me souviens de mon réveil à l'hôpital. La perfusion arrachée. Le sang. Les cris. Les médicaments. 4 jours oubliés. L'amnésie réparatrice. Le coton. Partir. Ne plus rien ressentir, ne plus voir, ne plus entendre. Et puis l'électrochoc... Enfin... Mon père était là! Enfin quelqu'un pour m'écouter.

J'y suis retournée plus forte, je pensais. Deux mois d'horreur muette. S'enfermer dans son bureau, lumière éteinte. Feindre de ne plus exister. Et enfin cette décision un soir. Je me suis dit :

-Et si c'était la dernière fois, que je rangeais ce bureau. Et si c'était la dernière fois que j'éteignais cet ordinateur? Que je fermais cette porte?

Je suis partie, sans un mot, sans une lettre! LIBRE!!!

25 commentaires:

  1. Frissons... ce n'était pas à la poste, mais une amie s'est retrouvée broyée par son travail. Je l'ai aidée dans ses démarche pour partir car elle ne voyait pas d'autres solution que la mort. J'ai estimé qu'une vie valait bien plus qu'un emploi...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il vaut mieux partir! Mais tous n'ont pas la possibilité ou le temps ou le recul pour le faire!
      Heureusement qu'elle t'avait!
      Bisous.

      Supprimer
  2. Il y a un très bon livre qui parle de ça "la souffrance au travail" CH.DEJOURS! Maintenant privé, public même bataille! Le nombre de gens que je connais et qui sont sous cachetons à cause de leur travail...(ben j'ai pas assez de doigts pour les compter). Ta force : ton courage!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas si je pourrai lire ce livre. A l'époque quand je suis partie, j'avais honte. C'était comme un échec! Et puis j'ai continué ma vie et le temps m'a donné raison. Mais sur le coup...c'est l’engrenage.

      Supprimer
  3. Je trouve ça vraiment terrible, c'est de pire en pire, quelque soit le secteur, ce n'est pas normal d'être brisé par son travail...A mon sens, s'il n'est pas un épanouissement, le travail devrait apporter un certain bien être, ou un confort, bref ça devrait être positif, mais quand je vois ce genre de choses ça me dégoûte de ce système.... Un système absurde où même le service public, l'éducation, l'armée, deviennent des entreprises où règne le profit, la productivité....On oublie l'humain, de plus en plus, et ça fait vraiment peur....

    Je trouve courageux de ta part de nous raconter, et d'avoir su dire stop....

    Merci pour ce billet..♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne pensais pas en parler un jour. Cet article m'a poussé à lâcher un peu. Mais c'est toujours très difficile d'en parler. De mettre des mots sur ce passé là. Au delà de la recherche de profit ce que je retiens c''est que l'homme peut être un loup pour l'homme. Il suffit de leur donne le pouvoir de détruire, ils le font! Sans état d'âme.
      Bises.

      Supprimer
  4. Je suis toute retournée en lisant ton texte...
    Tu as bien fait de partir sans un mot, sans une lettre, mais comme tu l'écris si bien... LIBRE...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et surtout un message aux parents. Nous poussons toujours nos enfants. mais il faut savoir quand leur dire stop, pour leur bien. J'aurai pu y laisser ma peau!
      Bisous.

      Supprimer
  5. Je suis toute retournée par ton témoignage. Quelle force et quel courage tu as eu de partir ! J'imagine que beaucoup n'y arrive pas, par peur de l'inconnu, du chômage et la précarité qui peut en découler... On vit dans un monde de plus en plus dur, de plus en plus individualiste, déshumanisé parfois.
    Merci de partager ça, si ça peut en plus en aider certains.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas si c'est du courage. Je ne pouvais tout simplement plus y retourner. J'ai tout plaqué. Mais lire que d'autres n'ont pas eu ma lâcheté et y ont laissé la peau ça me fait mal. Rien ne change.
      Bises

      Supprimer
  6. Et tu as bien fait, c'est terrible de lire tes mots et de savoirt ta souffrance et celle de bien d'autres personnes..
    Le monde du travail me laisse songeuse et je n'ai que 27 ans...
    je te souhaite une très belle continuation

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avais à peine 23 ans à l'époque. Cette expérience m'a changé. Je pense que je suis aussi dure aujourd'hui un peu à cause de ça. J'en suis venue à détester toute forme d’oppression qu'elle qu'elle soit. Je ne me cherche pas d'excuse, mais tout ça façonne une société de personnes au coeur sec. :/

      Supprimer
  7. bravo d'avoir su prendre la bonne décision au bon moment, c'est être forte et avoir eu du courage de le faire, tristement peu de personnes en son capable.
    tu a decidé ta Liberté !!!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai fui. Je me souviens le lendemain quand je ne suis pas partie travailler ^^ J'avais coupé toutes les sonneries, je n'ai pas répondu aux appels! C'était si bon ^^

      Supprimer
  8. Ce n'est pas de lâcheté, mais au contraire d'un grand courage dont tu as fait preuve. Tu as tout simplement sauvé ta peau, tu ne pouvais pas faire mieux !

    J'ai été l'un des pions d'une équipe dévastée : sur 10 personnes, en moins de six mois, 8 abandons de poste, ou arrêts pour dépression, sans que jamais l'entreprise ne se remette en cause... Pour moi, le burn-out, c'était il y a 18 mois, je ne me suis aujourd'hui toujours pas relevée...

    Ton billet m'a prise aux tripes.

    *

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne pensais pas un jour en parler en public et surtout pas sur ce blog. C'est très dur d'en parler. On dirait que malgré le temps qui a passé et même si je me répète que c'était eux les fautifs, il y a toujours quelque part la culpabilité. C'est très dur d'avouer ses faiblesses. Les managers, les chefs jouent la dessus. Façon de dire ce n'est pas notre faute si vous êtes faibles...
      Je ne savais absolument pas pour toi Anne et je t'avoue qu'il m'a fallut plus de 18 mois pour m'en remettre. beaucoup de temps et surtout trouver ailleurs des moyens pour réapprendre à s'aimer. Réapprendre à avoir foi en soi en ses capacités!!!
      Tu vas y arriver, avec le temps!
      Bisous!

      Supprimer
  9. Pour avoir travaillé quelques mois à la Poste (j'étais de celles qui te prenais les RDV ;) ) j'ai vu quelle était l'ambiance et je ne suis pas restée... Je n'imagine que trop bien ce que tu as vécu...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci. En effet une ambiance plus que pourrie!
      Bises

      Supprimer
  10. Tu as fait le bon choix, partir...
    Lorsque je vois ce que devient la poste chez moi, refonte totale du bureau (on se croit au supermarché), faut tout fait faire via des automates, des responsables d agence qui se prennent pour dieu le pere envers les clients comme vers les employés! J'imagine l'enfer de travailler, les anciens employés avt la refonte on perdu le sourire. Je ne comprends pas cette mécanique d'exigence, certes la libéralisation quasi totale du marché est là, mais la poste est leader et le restera avec son service de proximité, il s'agit d'un service d'état, donc certes ne pas être déficitaire sans être rentable à fond comme une entreprise du CAC40! Les petits boss qui mettent la pression, devraient se poser la question, est ce que demain ils n'auront pas le même sort et qu'est ce que cela leur apporte de foutre la vie en l'air de leurs collègues ? Helas cette mécanique du supr^me, de la résussite des uns au détriment de celle des autres, est 'ladage de bcp d'administrations et d'entreprises privées! PersO, j'ai failli y laisser ma vie dans une entreprise de transport... J'avais l'âge du père de famille que tu cites, aujourd'hui quelques années de plus, mais je peux t'assurer que je suis devenu cinglant avec les employeurs et que je ne prends plus la t^te. C'est pas le jour où je ou nous serons dans la tombe qu'il faudre se dire, si j'avais su ! Bref voilà. Bonne continuation à toi ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu résumes tout! Des petits boss qui exercent une pression inutile...
      Merci de ton comm, j'ai continué ma route vaille que vaille! Pas évident d'accepter un échec! Mais on en sort libre!
      Merci à toi.

      Supprimer
  11. ouah punaise ! moi j'ai aussi craqué lors de ma derniere année en radio mais je ne pense pas que c'était à ce point car ça ne venait pas de ma hierarchie (plutot cool) mais de mes collègues débiles ... je suis aussi partie mais comme tu le dis ce n'est pas dû à tt le monde !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les collègues... on se demande pourquoi les gens sont aussi mauvais!!! En plus ça ne leur rapporte rien! Tu as bien fait!
      Bises!

      Supprimer
  12. C'était la meilleure des décisions à prendre. Je n'en reviens pas. Je n'aurais jamais cru que ça se passait comme ça à la Poste ! Ton témoignage me touche beaucoup car certaines personnes qui me sont proches souffrent à cause de leur travail et de la façon dont ils sont traités. Certaines comme cet homme ont commis l'irréparable...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Beaucoup de personnes souffrent! Le souci c'est que c'est très dur d'en parler quand on est dans la situation! Il y a la honte, la peur du regard des autres. On nous a répété toute notre vie que la faiblesse c'est nul! Qu'il faut être fort! On prend sur soi jusqu'au point de non retour.
      Je suis désolée pour tes proches. C'est tellement injuste!

      Supprimer
  13. ya pas qu'à la poste ...:-( l'home est vraiment un Loup pour l'Homme !!!! bisous j'espère que tu vas bien ::))) tu participes au film ChatOn ??? si tu as le temsp viens voir le mien :) le bouton de vote est sous la vidéo :)) bisous je me suis abonnée à ton hellocoton car je n'avais plsu de nouvelles :)
    le lien direct de ma vidéo c'est fendant tu vas voir http://www.chatonstudio.com/movie/disparition-jack-o-lantern-711195

    RépondreSupprimer

Une bouteille à la mare?

Ma visite de l'usine Smoby Toys #blogtrip #jouetfrançais

Connaissez vous les jouets Smoby?  Je pense que nous les connaissons tous un peu. En tant qu'anciens enfants. Comme parents ou g...