lundi 10 octobre 2011

Il se maquille...pour ressembler à une fille.

Ma meilleure amie s’appelle J... Il a 30 ans. Je me souviens de notre première rencontre dans le vieux vidéo club. Il faisait chaud. Je suis montée à l'étage là ou il y a les rayons intéressants. Les films d'horreur dont je raffolais à l'époque, les films X et bien sur le flipper. Ils étaient trois. Grands, maigres, désœuvrés s'acharnant sur la machine. Je suis restée un moment dans le rayon films gores feignant de les ignorer. Et puis l'un d'entre eux m'a dit:
-Hé la fille! T'as pas dix francs?
C'était J...il souriait de toutes ses dents. A la radio les Neg-Marrons chantaient, c'était un chaud après midi de juillet.

Tous les midis on se retrouvait au vidéo club pour jouer au flipper et passer le temps. Je me souviens que la fille qui tenait la boutique nous filait des pièces gratis. Mon papa lui avait tapé dans l’œil (ça c'est une autre histoire). On jouait des heures et on parlait. Les deux autres, je ne me souviens pas de leurs noms peut être parce qu'au bout d'un moment ils ont fini par nous lâcher. On a fini tous seuls cette année là à errer dans les rues surchauffées, mangeant des floups et des frozen. Redécouvrant les quartiers de Rivière-Salée. Cette année là nous sommes devenus les meilleurs amis du monde.


Au fil des années je t'ai vu changer. J'ai vu naitre ta passion pour la coiffure et les cosmétiques. Tu as vu fleurir mes premiers poèmes. Je te parlais des garçons qui faisaient battre mon cœur et toi tu me parlais de boys band... Je te trouvais plus intéressant que toutes les filles du monde. Nous ne nous disputions jamais pour des futilités. Tu avais déjà la franchise d'un garçon aiguisée d'une sensibilité très féminine.

Et puis un jour alors que nous devions aller au cinéma et que moi je t'attendais poirotant comme toutes les autres fois. Tu es arrivé en voiture vitres remontées malgré la chaleur et ta caisse pas climatisée. Je suis montée et je t'ai vue. Si belle, timide, craintive guettant mes traits. Que cherchais tu? Le rejet? La répulsion? Le déni? Tu n'y a vu que de l'admiration. Tu étais si belle!

Aujourd'hui nous ne nous voyons presque plus. L'éloignement géographique met à dure épreuve notre amitié. Et aujourd'hui j'ai un fils et je repense à toi. Je repense à nos discussions, à notre amitié. Je repense à tout ce que tu as apporté comme couleur dans ma vie. Mais je me questionne. J'ai un fils, né garçon. Un petit garçon. Et malgré tout l'amour et le respect que j'ai pour toi, je me demande si je pourrai l'accepter si mon fils était comme toi? Comment réagir? Comment savoir? Les réactions d'une mère face à son fils qui devient femme!
Plus j'essaye de me comprendre et plus je comprends qu'au fond ça n'a pas d'importance sauf celle que je voudrai bien lui donner. Tout comme ce jour là où mes yeux d'amie n'ont vus que ta beauté, mon cœur de mère saura accepter!


17 commentaires:

  1. Quelle belle histoire ..... La tolérance est tellement importante dans ce genre de situations, et encore davantage quand elle nous touche de façon personnelle !!!

    RépondreSupprimer
  2. malova vanou10/10/2011 23:25

    wahou tres bien ecris j en ai eu des frissons
    un exemple parfait , il y en a tellement qui rejette de peur de l inconnu

    RépondreSupprimer
  3. magnifique histoire.
    Une belle leçon de tolérance :)

    RépondreSupprimer
  4. La tolérance, c'est une qualité immense et autant que possible il faudrait essayer de la transmettre pour pouvoir offrir à nos enfants les clés qui leur permettent d'ouvrir les yeux et voir le meilleur en chacun. Même si certains parents n'y arrivent pas, et je ne dis pas que c'est facile, je crois qu'on a tous les ressources en nous pour appréhender des situations comme celles là sereinement et ne pas rejeter nos enfants parce qu'ils seraient "hors normes"

    RépondreSupprimer
  5. très touchant! très bien écrit! plein d'émotion et de sincérité!

    RépondreSupprimer
  6. pas moyen de le retrouver avec tout ce qui existe maintenant?? très beau texte en tout cas... je crois que ce type de question on se les pose tous!

    RépondreSupprimer
  7. Une très belle leçon de tolérance :)

    RépondreSupprimer
  8. Magnifique article, très touchant !!!
    Bonne journée !!!

    RépondreSupprimer
  9. superbe texte, empreint tellement de tolérance

    RépondreSupprimer
  10. Magnifique article et vive la tolérance dans cette société hyper normative ! Bises et bonne journée.

    RépondreSupprimer
  11. Merci de m'avoir lue. Trouver les mots pour parler d'elle c'est le plus difficile pas être son amie. C'est une personne qui compte beaucoup pour moi et en parallèle avec la naissance de mon fils je me pose beaucoup de questions.
    Nous sommes toujours en contact. Un s’appelle, on se boit un verre quand elle passe sur paris. Vos mots lui feront plaisir!

    RépondreSupprimer
  12. superbe post très bien écrit, plein de sensibilité ! je pense qu'en tant que parents on réagit une fois la situation vécue et que grâce à notre époque (enfin j'espère) on est plus ouvert qu'avant et qu'on fait passer l'amour avt tt ... facile à dire mais je pense que c'est vrai ! on fait face aux difficultés et on aide nos enfants qu'on aime ... je n'ai pas pour autant dit que c'était facile !

    RépondreSupprimer
  13. Magnifique! J'ai aussi un petit garçon et comme toi Mon coeur de mère sera l'accepter ;)

    RépondreSupprimer
  14. Cet article a plus d'un an et je le découvre par hasard lors d'un de ces discussions entre blogueuses que j'adore...
    Je trouve ton histoire très émouvante. Quand on aime quelqu'un je crois qu'on accepte ses différences mais comme toi je me demande ce que ça fait quand c'est de ton enfant qu'il s'agit. La question est légitime même si je ne suis pas du tout homophobe !!!! Mais je crois que si ton fils est heureux ainsi tu l'accepteras...et pour qu'il le soit, il faut qu'il soit accepté...ce qui n'est pas toujours évident dans notre société...

    RépondreSupprimer

Une bouteille à la mare?

N'oublie pas qui tu es ... et oui j'ai regardé le Roi Lion aujourd'hui!

Je sais très bien à quel moment j'ai eu le déclic. C'était en Mars. Je devais assurer deux semaines de prestation pour la marque Fa...