mardi 26 juillet 2011

Jour 0.

Il est 3h du matin. Je tourne dans tous les sens. Impossible de dormir, d'une part à cause à cause de mon gros ventre qui me gène de plus en plus, d'autre part parce que chéri ronfle trop fort mais surtout parce que je n'arrête pas d'aller aux toilettes. C'est fou cette envie de faire pipi. Je me retourne et...PAF.
C'est comme un bouchon qui saute en dedans. Je me lève d'un bond et oui...je fuis. Une mare se forme au pied du lit. Chéri lui dort toujours malgré le cri que je viens de pousser. Il me faudra le réveiller et lui expliquer la situation. Il est 3h du matin bon sang.
Il est 4h du matin. Je poireaute en salle de naissance. Personne ne m'explique rien. A part cet interne mal élevé qui m'a fait un mal de chien en "vérifiant mon col". J'avais jamais eu aussi mal de ma vie. Et selon lui c'était normal. Je me sens mal. J'ai froid. Je suis collée à cette machine qui fait des bip tranquilles. Pas de contractions.
Il est 6h du matin il ont fini par me mettre en chambre.Je suis dégoutée. Je suis en chambre double. J'avais pourtant choisi cette maternité parce qu'il n'y avait que 2 chambres doubles. Je prends une douche. Chéri est rentré dormir un peu. Toujours pas de contractions. J'ai faim.
Il est midi. Ma voisine de chambre vient d'avoir un plateau repas. Moi juste une soupe tellement claire que je l'ai confondue avec mon verre d'eau. Je regarde sa petite fille. Elle pleure beaucoup. Impossible de me reposer. Je sors marcher. Je m'ennuie.J'appelle ma mère.
Il est déjà 15h. Chéri est de retour sans bouffe pour moi le mufle. Moi j'en ai marre. Je demande à quel heure je dois accoucher parce que là franchement j'ai faim. On m'annonce qu'on va me déclencher à 17h. Oh, l'effet douche froide que ça fait.
18h30 je souffre le martyr. Je vois bien que chéri à peur. Nous sommes seuls dans la salle d'accouchement. Mes contractions sont si intenses que je ne peux plus parler. Je me tords de douleur. Il me demande si ça va j'entends sa voix mais je ne le vois plus. Je pousse. Je ne peux que pousser. Ou sont ils tous partis. J'entends un hurlement intense et déchirant avant de réaliser que c'est moi qui hurle. Alertée par mon cri la sage femme entre précipitamment dans la salle. Elle réalise que je suis en souffrance et très vite une foule de personnes paniquées font irruption. Je ne les entends pas, mes oreilles bourdonnent. On me plaque un masque sur le visage, on me redresse et on place mes jambes dans les étriers. Je vois leurs regards apeurés. Non mais ils sont fous s'ils pensent que ça va se passer comme ça. J'attrape les étriers à deux mains et je pousse de toutes mes forces. Je sens l'épisio grrr de même que les spatules et les forceps...pfff ils ont aussi oublié la péridurale. Je m'en fiche à ce moment là car je pousse. Et puis on me demande d'arrêter de pousser...très dur ça. Mais j'ai à peine le temps de me dire ça que je vois deux petits yeux qui me regardent. Des yeux de canard je me dis aussitôt. Bien sérieux et enfoncés. Je tends instinctivement les bras et OUFFFFFFF qu'il est lourd. Il pèse tel un sac de ciment sur mon sein. Il n'a pas arrêté de me fixer ce canard tout gris avec ses petits yeux. J'ai oublié son père. Je tourne la tête et je le découvre ébahi juste à coté de moi. Je pouffe de rire. Ils sont drôles tous les deux.  Il est 19h.

16 commentaires:

  1. c'est toujours emouvant les recits d'accouchement!
    au faite je t'ajoute a ma liste de blog favoris ;-)
    bisous

    RépondreSupprimer
  2. Merci c'est gentil. J'ai eu du mal à l'écrire c'est dur de trouver les mots. C'est quand même chaud d'accoucher ^^
    Bisous

    RépondreSupprimer
  3. J'aime comme tu racontes, c'est très émouvant, chaque fois que je lis un récit d'accouchement je suis replongée dans le mien, là tout de suite j'ai envie de revoir les photos de mon Jour 0.

    RépondreSupprimer
  4. Très beau texte, c'est émouvant

    RépondreSupprimer
  5. j'ai tjs eu envie de perdre les eaux pour voir l'effet que ca fait, mais pour mes 2 accouchements rien... beau recit, et felicitations !

    RépondreSupprimer
  6. C'est malin ça ! Je pleure comme une madeleine !!! Merci pour le partage de ce moment bien intime !

    RépondreSupprimer
  7. Waou quel récit...j'en ai les larmes aux yeux...les émotions sont palpables au travers de tes mots...merci d'avoir partagé ton accouchement.
    Bizzz

    RépondreSupprimer
  8. Moi j'ai accouché sur RV alors bien sûr je ne connais pas ce que tu racontes... mais je me projette à fond!

    RépondreSupprimer
  9. On sera toutes d'accord la dessus peu importe la façon, mettre son bébé au monde c'est l'expérience la plus intense qui soit!
    Merci de me lire c'est tellement chouette de pouvoir partager ces moments avec d'autres mamans.

    RépondreSupprimer
  10. oui accoucher c'est vraiment une epreuve! je ne m'attendais pas a ça!

    RépondreSupprimer
  11. Première fois que je commente chez toi!
    Chouette récit!!

    RépondreSupprimer
  12. quoi...pas de péridurale????????!!!!!t'es trop une warrior, j'suis fan!

    RépondreSupprimer
  13. Wé t'as vu! Avec épisio spatules forceps et déchirures et recousue la totale quoi...sans ma copine péri...je suis pire que Rambooooo! Remarque toi aussi t'as des cicatrices! ça me rapelle le sketch de Foresti^^

    RépondreSupprimer
  14. Très émouvant ton récit :) Je ne connais pas ça, mais tu as réussi à trouver les mots justes pour faire passer toutes ces émotions

    RépondreSupprimer
  15. Quel courage !
    La vache ça me rappelle des souvenirs, bon ça ne s'est pas passé comme toi mais mémorable quand même.
    Je comprendrais jamais pourquoi elle a voulu que j'arrête de pousser alors qu'il était en train de sortir T_T
    Se sentir écartelée de l'intérieur c'est horribleeeeeeeee

    RépondreSupprimer

Une bouteille à la mare?

Thor Ragnarok VS Justice League , la critique

Vous qui n'aimez pas l'univers des supers héros et qui êtes complètement hermétiques aux tridents, marteaux et autres voyages inter...