vendredi 15 juillet 2011

De l'utilité des contes de fées...Les Vendredis Intellos-1-

 

 Extrait de « Psychanalyse des contes de fées » de Bruno Bettelheim /Edition Robert Laffon 1976 .p17
« Les contes de fées et la conjoncture existentielle
Pour pouvoir régler les problèmes psychologiques de la croissance (c’est à dire surmonter les déceptions narcissiques, les dilemmes eodipiens, les rivalités fraternelles ; être capable de renoncer aux dépendances de l’enfance ; affirmer sa personnalité, prendre conscience de sa propre valeur et de ses obligations morales), l’enfant a besoin de comprendre ce qui se passe dans son être conscient et, grâce à cela , de faire face également à ce qui se passe dans son inconscient . Il peut acquérir cette compréhension non pas en apprenant rationnellement la nature et le contenu de l’inconscient , mais en se familiarisant avec lui, en brodant des rêves éveillés, en élaborant et en ruminant des fantasmes issus de certains éléments du conte qui correspondent aux pressions de son inconscient ……… Tel est exactement le message que les contes de fées, de mille manières différentes, délivrent à l’enfant : que la lutte contre les graves difficultés de la vie sont inévitables et font partie intrinsèque de l’existence humaine , mais que si, au lieu de se dérober , on affronte fermement les épreuves inattendues et souvent injustes , on vient à bout de tous les obstacles et on finit par remporter la victoire.»

J'aime particulièrement la partie: " la lutte contre les graves difficultés de la vie sont inévitables et font partie intrinsèque de l’existence humaine". C'est vrai qu'en tant que maman on aimerait que nos enfants n'aient jamais à subir les difficultés et les épreuves de la vie et nous nous efforçons de leur rendre la vie plus belle et plus douce chaque jour. Seulement, chaque jour qui passe les rend plus indépendants et les éloigne de nous. Chaque jour qui passe les rapproche du grand saut dans le monde. Saut qui les livrera à tous les dangers. Pensez vous que les contes de fées de notre enfance les préparent efficacement à ces dangers modernes? Je ne connais aucun conte qui parle de la cyber pédophilie...Savoir que le loup existe aidera t'il me fils à l'éviter? Le sacrifice de la petite sirène était il justifié?

Ceci est ma participation aux Vendredis Intellos de Mme Déjantée.

7 commentaires:

  1. Bettheleim...j'ai aussi pensé à lui quand j'ai entendu parler des vendredis intellos...il m'a valu un 17/20 en litté jeunesse au concours d'instit!!!!
    Cela étant, en théorie c'est ma foi fort intéressant. En pratique, je vois moins les liens de cause à effet. J'ai aimé Peau d'âne, sans avoir jamais imaginé le lien incestueux qui l'unissait à son père, par exemple. Les histoires ont des morales, que l'on peut utiliser pour parler de risques à nos enfants. Non utilisés, ces histoires restent ce qu'elles sont. Des histoires. Et c'est ptêt pas forcément plus mal comme ça, nan?

    RépondreSupprimer
  2. Justement je me pose des questions. Moi j'avais été horrifiée par peau d'ane. J'avais bien capté que son papa voulait l'épouser...moi qui ai dormi avec mon père pendant super longtemps tu imagines. Je pense que les contes influent mais pas sur tous les enfants. Tout dépend du vécu.

    RépondreSupprimer
  3. faire passer de petites morales, pourquoi pas. Le Moustique a bien compris qu'il ne faut pas "partir de la maison" sans papa et maman après la lecture de la chèvre de Mr Seguin. Mais j'aime que les histoires restent des histoires comme le dit Maman bavarde. A eux aussi d'interpréter l'histoire comme ils le sentent. Sinon j'aime particulièrement les fables de la fontaine pour faire comprendre certaines notions comme le partage, la jalousie ..ect aux enfants.

    RépondreSupprimer
  4. Merci de ta participation!!
    Sauvons la petite sirène!! Les contes sont aussi fait pour être modifiés!!!
    La suite pour le débriefing!!!

    RépondreSupprimer
  5. oui mais les contes nous mentent grave aussi, on nous fait croire que les hommes sont des princes et les femmes des princesses!! ceci dit le conte s'arrête souvent avant le drame : "ils se marièrent et eurent beaucoup d'enfants..." et après?? on ne raconte jamais que la princesse va s'occuper des lardons et des chaussettes sales du dit prince... bah quoi??? j'exagère?? bah! à peine...

    RépondreSupprimer
  6. @mum addict: Entre ce que l'on souhaite et ce qui se passe dans la tête d'un enfant...Cela dit j'apprécie moi aussi les fables, seulement certaines sont encore plus obscures que des contes.
    @Mme Déjantée: Oui il faut sauver la petite sirène, c'est pas possible que ça finisse comme ça!
    @MmeFaust: Il n'y a pas que des princesses dans les contes et bien souvent ces princesses en bavent plus que leurs femmes de chambres.

    RépondreSupprimer
  7. Pas fan de contes, et mes gamins non plus apparemment. Par contre, oui, ils sont l'apogée de la métaphore... mais du coup, justement, je me demande si c'est pas pour ça que je n'appréciais pas, enfant. Pas assez de place pour l'imaginaire justement? Je ne sais pas. Je passe mon tour sur ce coup là ;-)

    RépondreSupprimer

Une bouteille à la mare?

Thor Ragnarok VS Justice League , la critique

Vous qui n'aimez pas l'univers des supers héros et qui êtes complètement hermétiques aux tridents, marteaux et autres voyages inter...