jeudi 22 juin 2017

Paris est Ludique : le festival de jeux ou l'on joue c'est le 24 et 25 Juin 2017

Je ne sais pas ce que vous avez prévu ce weekend mais cette année je vous conseille de faire un saut au Festival Paris est Ludique! Vous ne connaissez pas? Je vous explique!


C'est quoi?
Paris est Ludique c'est le festival des jeux de société durant lequel vous pouvez jouer en famille!
C'est un peu comme si le temps d'un weekend vous retrouviez l'esprit des colonies de vacances de votre enfance.« Il y aura notamment des jeux d’adresse, de réflexion, de stratégie, d’ambiance, de figurine et même d’apéro ». Des jeux partout ,pleins de nouveautés et pleins de gens pour jouer avec vous dans une atmosphère bonne enfant.


 
C'est pour qui?
Tout le monde! Il y a des jeux pour tous les âges, de la musique, à boire et à manger! J'y serai en famille le dimanche pour faire le plein de fous rires! J'espère vous y croiser <3

Paris est ludique !
Quand ? samedi de 10 heures à 20 heures et dimanche de 10 heures à 18 heures.
Où ? Pelouse de Reuilly, place du Cardinal Lavigerie, Paris (XIIe). Combien ? 5€ pour tout le week-end, et gratuit pour les moins de 8 ans.
Rendez-vous sur Hellocoton !

Jardiner avec les enfants et Truffy #ambassadricetruffy #popuptruffaut

Hier après midi c'était au tour de mes enfants de découvrir le joli Pop Up Truffaut installé au 14 rue Turenne dans le Marais à Paris. Je vous avais déjà parle de ce lieu malheureusement éphémère mais trop trop sympathique. 
Les enfants étaient conviés à un chouette atelier. Ils ont pu assembler leur propre terrarium.
Ils étaient ravis et pour l'occasion ils avaient enfilé leur joli équipement du parfait petit jardinier de chez Rostaing. Le petit fichu vert anis, le tablier en coton tout mignon et bien entendu les gants en latex et coton.
Ce que j'aime cette marque! J'aime surtout que leurs produits soient réalisés en latex naturel et coton écologique. Les gants très solides mais confortables égayés de petits dessins enfantins colorés sont de plus fabriqués en France dans l'Ain et vous savez à quel point j'aime privilégier les entreprises et le savoir faire français.
Les tabliers et fichus sont taillés dans du 100% coton équitable estampillé du Label Max Havelaar et très bien pensés pour les enfants. Solides mais jolis avec une grand poche pour cacher leurs trésors.
Vous pouvez retrouver tous ces articles dans les magasins Truffaut. 
Ils étaient donc tous beaux et bien équipés pour participer à ce green atelier:





 







Merci à Truffaut pour les tenues de petits jardiniers des enfants que nous avons reçues dans le cadre du programme Ambassadeur Truffy ainsi que pour ce très bon moment de jardinage urbain en famille!
Pour en voir plus de nos aventures n'oubliez pas que vous pouvez nous suivre sur Instagram <3 : @lamareaucanard !
Rendez-vous sur Hellocoton !

mercredi 21 juin 2017

Blogueuse Parentale?

Je continue sur ma lancée des billets explicatifs. 
On m'a dernièrement fait remarquer que je clamais partout et sur tous les toits ne plus être blogueuse parentale mais que ça ne me dérangeait pas de parler de couches culottes tant que c'était sponsorisé...
Je me suis donc dit qu'il serait peut être judicieux d'écrire un billet sur ce sujet. 


Comme vous le savez tous il existe autant de blogs qu'il existe de blogueurs. Ils sont tous différents, ils ont tous leur identité et puis normalement ils ressemblent tous à ceux qui les écrivent. Mais quand même, malgré le fait que tout le monde soit libre d'écrire ce qu'il veut sur son blog quand ça lui chante, il est de bon ton de respecter une certaine idée directrice sur son blog. 
Il y a donc des étiquettes qui furent crées pour essayer de rassembler les uns et les autres sous telle ou telle bannière. Ne nous leurrons pas être un blog mode ne vous empêchera pas de parler cuisine, de même que moi j'avais choisi d'être référencée comme un blog parental/lifestyle.

Un blog parental c'est quoi? 
Un blog parental c'est comme son nom l'indique un blog rédigé par un parent ou futur parent et qui a vocation à partager sa grossesse, sa vie familiale...  L'idée étant quand même de beaucoup parler de ses états d'âme de maman ou de papa, des tonnes d'anecdotes sur les péripéties oups le bonheur immense que c'est d'être parent. Il y a des blogs parentaux de jumeaux, de parents d'enfants avec un handicap, les familles nombreuses, les parents solo, ceux qui ne veulent qu'un enfant, ceux qui sont végétariens, ceux qui sont natures, les régressifs, les éducations bienveillante, les créatifs, les photographes... Bref il y en a des tonnes. 
Moi j'étais un blog parental/ lifestyle , c'est à dire que je partageais des détails intimes de ma vie de famille mais aussi des idées de sorties, de la décoration, de la mode enfant, des voyages...

J'ai décidé de changer, je ne vais pas reparler des raisons, c'est déjà fait. J'ai décidé d'abandonner le volet parental de mon blog pour me consacrer à son aspect lifestyle qui existait déjà.

Cela consiste en quoi?
Je ne vais plus vous parler des détails de la vie intime de ma famille. L'intimité de mes enfants, leur évolution personnelle, leurs états d'âme, je ne les partagerai plus avec mes lecteurs. Mes enfants ont besoin de leur jardin secret et je n'ai plus envie d'exposer leur intimité. C'est pour cette raison que j'ai tenu l'an dernier, avant de clore le volet parental de mon blog, à vous parler de sujets sensibles que je n'avais jusqu'alors pas réussi à extérioriser. C'était par exemple le moment ou jamais de parler de mes problèmes d'infertilité. 
En revanche l'aspect lifestyle de mon blog lui perdure. Vous continuerez de savoir quelles couches porte ma fille cadette, quelles idées de rangement j'ai trouvé pour la chambre de mes filles, les activités sympa qu'on peut faire à Paris, quels jouets ils valident pour Noël, sur quel manteau Arthur à craqué pour la rentrée... Je vais moi aussi continuer à vous parler de ma passion pour les brocantes, le retapage de meubles anciens, la décoration, les restaurants, les sorties, la cuisine... Mais vous aurez aussi plus d'articles mode, beauté, voyage, luxe parce que finalement je réoriente mon blog essentiellement sur moi même.

Conclusion:
Tout le monde fait ce qu'il veut sur son blog et je n'étais absolument pas obligée d'informer qui que ce soit de ce changement. J'ai tenu à le faire parce que je suis fière de cette page qui se tourne. Je suis fière de ces 6 années durant lesquelles je ne me suis jamais limitée. J'ai toujours parlé des sujets qui me tenaient à cœur, de la façon que je voulais. Sans langue de bois j'ai eu le courage d'aborder des sujets tabous tels que le viol conjugal, le racisme, l'épisiotomie, le point du mari, les violences obstétricales... 
Je suis fière de mon parcours en tant que blogueuse parentale et d'avoir cette faculté qu'est le lâcher prise. J'ai toujours confiance en ma capacité à me réinventer pour ne jamais stagner. Je n'ai jamais eu peur d'être la petite nouvelle que personne ne connaît . Je n'ai pas peur de la nouveauté et surtout j'estime que je ne dois jamais avoir peur de le montrer.

Ce n'est pas parce que les choses sont difficiles que nous n'osons pas, c'est parce que nous n'osons pas qu'elles sont difficiles. Sénèque. 

Rendez-vous sur Hellocoton !

lundi 19 juin 2017

Heureuse d'avoir dit aurevoir au RER, pas à la banlieue...

Ces derniers jours j'ai réalisé quelque chose. Il faut dire que très souvent j'imagine que les gens qui me lisent pensent comme moi. Je sais, je sais c'est idiot. Il est évident que ce n'est pas parce qu'on lit un blog, qu'on suit son auteur depuis quelque temps, voir des années, qu'on est capable de lire entre les lignes et de comprendre tout ce qu'il veut dire avec quelques mots. 

Je n'avais pas réalisé que depuis deux ans je vous bassine avec ma joie d'avoir déménagé, mon bonheur de vivre à Paris et que surement quelques uns d'entres vous ont pu penser que quelque part je crachais sur la banlieue et que j'étais devenue une sorte de petite snobinarde des beaux quartiers...
Bref j'ai décidé d'écrire ce billet pour vous expliquer. Accrochez vous c'est un peu long puisque je vais tout vous raconter.

la photo n'a rien a voir je la trouve juste canon ^^
Si vous me lisez depuis un moment vous savez qu'avant de venir vivre en métropole j'ai vécu 22 ans en Martinique. Je suis née à Fort de France et j'y avais toujours vécu. J'ai découvert la France Métropolitaine, je précise parce que la Martinique ça a beau être la France c'est tellement plus loin, à l'âge de 7 ans. Mes parents m'avaient comme ils le feraient à plusieurs reprise par la suite, expédiée en vacances chez mes oncles et tantes qui vivaient déjà tous en banlieue parisienne. Je passais mes vacances en banlieue avec mes cousins et mes cousines. Je me souviens des pique nique des espaces verts, des balades dans des immenses centre commerciaux ... C'était chouette! 
Quand à 22 ans j'ai décidé de poursuivre mes études à La Sorbonne c'est tout naturellement que j'ai cherché un appartement pas loin des miens.

Je vivais à Champigny dans un petit F2 niché au 5e étage d'un immeuble ancien. J'adorais cet appartement. D'une part parce que c'était mon premier appartement à moi toute seule sans ma mère. Je l'avais décoré comme je voulais, meublé avec mes propres économies. Il y avait un joli parquet, des moulures au plafond et même une verrière dans la salle de bain.
Je mesurais ma chance d'avoir un vrai appartement avec une chambre et une cuisine et de l'espace pour moi seule, chose que je n'aurais jamais pu me payer sur Paris. Et puis il y avait ce parc immense juste à côté , ma voisine du dessous, une gentille mamie, qui m'invitait à prendre le thé. J'étais tellement bien... Mais voilà le RER commençait déjà à me gonfler. Je me souviens aussi des longues marches à pied le soir pour rejoindre mon domicile parce qu'il n'y avait plus de bus ou ces matinées noires frigorifiée sur le quai de la gare puis étouffantes agglutinée contre des corps inconnus durant le trajet interminable jusqu'à la station Chatelet. Pourtant je ne me suis résolue à quitter mon appartement d'étudiante que sous la pression de celui qui entre temps avait emménagé chez moi et était devenu mon mari. Il en avait assez d'arriver en retard au travail à cause des bus qui ne passaient jamais. Moi je travaillais à côté donc ça ne me gênait pas... J'ai quitté Champigny à regret.

Nous avons emménagé à Charenton le Pont. Toujours en banlieue mais avec la chouette dénomination de première couronne et le métro à deux pas.
J'ai presque oublié cet appartement. Il était sympa mais sans âme, sans cachet et puis je n'étais jamais là. Le métro tout proche me permettait de multiplier les sorties jusqu'à tard dans la nuit. C'était génial de pouvoir bouger ainsi parce que voyez vous avec mon mari nous avions décidé de ne pas avoir de voiture. Ni lui ni moi n'avons le permis et pas le temps de le passer. Mais pas grave, le métro nous satisfaisait amplement. Mais toutes les bonnes choses ont une fin. Il nous fallait une chambre supplémentaire afin d'accueillir notre premier enfant. Je voulais de l'espace aussi et cet appartement était trop petit pour trois.

Nous avons atterri un peu par hasard à Noisy le Grand. Un grand appartement, une terrasse ombragée, un centre ville bourré de commerces, des écoles, des services, une piscine, des parcs et puis le rêve le marché trois jours par semaine à moins de 5 minutes! Le paradis des jeunes parents: la banlieue parisienne. On était vraiment au calme... enfin quand on se mettait un casque. Nous avons emménagé en pleins travaux. Ils refaisaient les caves à neuf. Des marteaux piqueurs du matin au soir. Mon fils, Arthur est né dans ce tapage. Je devais le sortir tous les jours et aller me poser dans un parc toute la journée pour fuir le bruit. Les travaux finis j'ai découvert les bruits du voisinage. Immenses espaces verts de la résidence oui mais surtout entretient régulier avec grosses machines qui font du bruit et jardiniers vulgaires sous mes fenêtres. J'ai aussi découvert que ma voisine du dessus ne faisait pas des travaux chez elle. Souffrant d'alcoolisme la dame faisait du tapage du matin au soir.     
Entre temps j'avais repris mon travail et redécouvert les joies du RER mais cette fois sur la pire jonction du RER A. Jamais de trains, trains annulés, trains qui sautent, trains à l'arrêt pendant des plombes et donc le stress permanent. Je partais toujours plus tôt déposant mon bébé toujours plus tôt donc chez sa nounou. Je rentrais toujours plus tard et donc récupérait souvent un bébé endormi le soir. Je ne voyais mon fils réveillé que le weekend... Merci le RER.
C'est en grande partie à cause du RER que j'ai décidé de devenir mon propre patron. Il m'était devenu impossible de faire correctement mon travail. Je n'y arrivais plus et puis surtout ma nounou si conciliante allait déménager... Qui allait accepter mon fils avec mes horaires de dingue... Fichu RER!!!
Peu de temps après nous avons accueilli un nouveau bébé, ma fille Rose et mon fils à fait sa rentrée en Maternelle. Déjà trois ans que nous vivions à Noisy le Grand. J'aimais toujours autant le lieu pour tout ce que je pouvais faire sans quitter la ville. Les supers marchés campagnards et celui de Noël, la médiathèque super moderne et fournie, le centre commercial à côté, le super centre aquatique sans chlore avec un toboggan de malade et même une piscine jacuzzi. Mon grand plaisir c'était mes balades du dimanche avec mes enfants et manger des pâtisseries au Parc au frais. Mais voilà mon mari commençait à péter les plombs parce que lui ne pouvait pas comme moi devenir son patron. Travaillant à Paris il devait toujours se lever tôt et rentrer tard. Le plus dur étant que cet homme ne voyait jamais ses enfants. Il les quittait endormi le matin puis rentrait les trouvant couchés.
Ce n'était évidement pas la faute de la distance car nos voisins ayant des voitures je les voyais partir bien après mon époux et rentrer bien plus tôt . Ils n'avaient pas besoin de rattraper le temps perdu le matin en heure sup le soir. Avec une voiture et sans jamais prendre le RER la vie devenait plus facile et sans contraintes.
J'ai bien entendu proposé à mon mari de passer le permis et d'investir dans une voiture. Nous en avons discuté, retourné les choses dans tous les sens c'était impossible pour deux choses: nous nous étions résolus à limiter notre impact carbone au maximum. Cela incluait ne pas avoir de voiture, partir peu en vacances, recycler au maximum nos déchets et surtout en produire le minimum. Puis nous n'avions pas les moyens d'investir dans une voiture. Payer le permis, acheter la voiture, prévoir son entretient et l'assurance et même payer le parking. J'étais enceinte de notre troisième enfant... Nous avons décidé de déménager au plus près du travail de mon mari. C'était la meilleure solution et nous avons commencé à chercher l'appartement de nos rêves!

C'est ainsi que nous sommes arrivés à Paris, pas dans le huitième parce que nous aurions été heureux d'habiter n'importe ou proche d'un métro. Vous comprenez? Ce que nous avons quitté ce n'est pas la banlieue que je regrette toujours surtout les espaces verts et les écoles. Nous ne voulions plus entendre parler du RER. 

Depuis que nous avons déménagé mon mari revit. Il peut enfin se réveiller à des heures sympa. Emmener ses enfants à l'école, leur faire la surprise de les récupérer le soir. On se fait des sorties en famille au dernier moment sans stresser parce que le métro est au bout de la rue.
Tout est plus simple enfin en théorie puisque quand même je retourne souvent en banlieue voir ma famille, me balader comme tout le monde et bah je peux vous dire que rien n'a changé. C'est dingue!
Des trains qui sautent, annulés, inexistants, en retard... Des bus qui ne passent pas et des gens qui attendent pendant une heure. La semaine dernière j'ai du me rendre à Bry sur Marne afin que ma fille passe un examen médical.... De chez moi à l'hôpital en metro, plus RER, plus bus j'ai mis deux heures soit le temps que met un TGV pour rejoindre LYON!!! C'est du pétage de gueule et c'est inadmissible de prendre à ce point les usagers en otage pour ensuite venir leur demander de laisser leur voiture afin de faire baisser la pollution! Si les transports en commun de banlieue étaient fiables, les gens n'auraient pas besoin de prendre leur voiture pour tout et nous n'aurions surement jamais quitté la banlieue. 

J'espère que mon article si long soit il ne vous a pas rebuté et qu'il vous a apporté un éclairage sur les raisons de mon déménagement et ma joie de ne plus subir le RER. Je vous souhaite une bonne journée et une belle semaine. Pour ceux qui vivent en banlieue et connaissent les tracas du RER je vous envoie plein de courage et de patience en attendant le Grand Paris <3

Rhyna


Rendez-vous sur Hellocoton !